post

La Process Communication® : un outil pour mieux vivre sa vie professionnelle !

Et si nous pouvions améliorer nos relations professionnelle grâce à la Process Communication®?

 

« Je n’arrive pas à travailler avec Julie ! Elle est très gentille mais nous n’avons vraiment pas la même façon de fonctionner ! ». Vous êtes le collègue de Marion, ou même son manager, et vous l’entendez se plaindre de Julie pour la énième fois à la machine à café…

Nous passons tous en moyenne 8h par jour au travail et lorsque les relations se dégradent entre collègues ou avec la hiérarchie, le mal-être s’installe et le travail au quotidien s’en ressent. Le fonctionnement de Julie énerve Marion et même si l’entente était cordiale jusqu’à présent, le service commence à pâtir d’une mauvaise ambiance. Julie s’est toujours plus ou moins adaptée à Marion, elles sont les 2 assistantes du service et se partagent le travail, mais elle commence à être fatiguée de voir Marion reprendre sans cesse ses tâches derrière elle sous prétexte qu’il « n’est pas fait comme il faut ».

Marion est-elle trop exigeante ? Julie est-elle timide pour s’imposer ? Comment faire comprendre à chacune d’elles qu’elles peuvent très bien travailler ensemble en essayant de comprendre leur personnalité ?

Comment déterminer ces personnalités…

Julie et Marion sont différentes, elles réagissent différemment en suivant leurs propres chemins de vie. Comment le leur faire comprendre, les apaiser, leur faire accepter et surtout favoriser une meilleure communication entre elles ?

C’est là tout l’enjeu du Process Communication Model.

Marion et Julie sont un exemple de situation typique au travail, mais chacun d’entre nous peut reconnaître son environnement professionnel. Certes, encore un nom barbare américain pour une énième façon révolutionnaire d’appréhender la communication entre nous et nos semblables ! Mais pour l’avoir expérimenté, je peux dire qu’on tient là, grâce à Taïbi Kahler, un véritable outil d’apaisement des différends professionnels, entre autre.

Qu’est-ce que la Process Communication ?

Cet outil distingue 6 personnalités bien différentes. Il s’agit de déterminer la part que nous avons en nous de chacune des 6 personnalités définies, grâce à quelques questions et le rendu d’un profil propre à chacun. Ce profil se matérialise sous forme d’un immeuble à 6 étages. Au rez-de-chaussée, nous trouvons notre personnalité de « base », celle par laquelle nous nous sommes construits dans l’enfance, celle par laquelle nous réagissons au quotidien, celle dans laquelle nous somme le plus confortable. C’est notre base, elle ne changera jamais. Puis, du 2ème au 6ème étage, nous trouvons les 5 autres personnalités, plus ou moins « confortable » avec un curseur de 0 à 100 à chaque étage. Le curseur de notre base est forcément à 100. D’autres étages peuvent l’être également, nous le verrons plus tard.

La première bonne nouvelle c’est que nous sommes tous fait de ces 6 personnalités, même si elles s’empilent dans nos étages de manière différente. Nous avons donc tous la capacité de nous comprendre. Il n’y a pas de bon ou de mauvais immeuble et donc aucun jugement de valeur à avoir sur sa construction. Tous les immeubles sont différents mais chacun est tout à fait « habitable » !

La seconde bonne nouvelle est que notre immeuble est pourvu d’un ascenseur. C’est-à-dire que nous pouvons à notre gré monter dans nos étages pour nous adapter à la personne avec laquelle nous communiquons si elle n’a pas la même base que nous.

Chaque personnalité a des besoins psychologiques à satisfaire pour rester serein dans son immeuble, un canal de communication privilégié, ses propres perceptions mais aussi une façon bien à elle de gérer le stress lorsque les besoins psychologiques ne sont pas satisfaits.

Chaque personnalité a sa couleur associée et voici à quoi cela peut ressembler :

exemple d'immeuble Process Communication

Quelles sont ces 6 personnalités ?

La personnalité « Empathique » : Cette personne perçoit son monde par les émotions. Elle est d’abord dans le ressenti, c’est une personne compatissante, sensible et chaleureuse. Elle peut attacher beaucoup d’importance à l’apparence. Elle est capable de donner énormément aux autres et est douée dans la médiation et fera tout pour que les relations soient harmonieuses. Elle évoluera au milieu de plantes, de photos, de belles musiques et de couleurs douces. Son besoin psychologique : être appréciée des autres, qu’on la reconnaisse pour sa personne. Une Empathique célèbre ? Belle de « La Belle et la Bête »

La personnalité « Rebelle » : Cette personne sera dans la réaction, elle réagira en disant « j’aime » ou « j’aime pas ». C’est quelqu’un de très spontané, de créatif, de ludique, dotée de beaucoup d’humour et on la reconnaîtra à son regard pétillant. Assez fixée dans l’instant présent, elle est une adepte du Carpe Diem. Elle aimera se démarquer, être originale, par ses agissements ou ses pensées. Son monde sera peuplé de gadgets, de jeux, de musique ou d’éclairages originaux. Son besoin psychologique : des contacts ludiques, variés, énergiques et spontanés (voir ses amis, jouer aux jeux vidéos…). Un Rebel célèbre ? Coluche

La personnalité « Rêveur » : Cette personne sera dans l’in-action. Non dans le sens paresse bien sûr, mais on parle ici d’action intérieure, d’intériorisation de l’action. C’est quelqu’un d’imaginatif, de réfléchi et de calme. Il devra canaliser sa réflexion avant de passer à l’action et y mettra le temps. Son univers sera simple, dépouillé, assez rustique et il n’a de toute façon pas d’importance. Son besoin psychologique sera de s’aménager du temps et de l’espace pour lui-même et de se retrouver seul. Un rêveur célèbre ? Albert Einstein

La personnalité « Persévérant » : Cette personne passera d’abord par le jugement de ce qui l’entoure en fonction de ses opinions. Elle sera dévouée, observatrice et consciencieuse. Son mobilier sera traditionnel, elle apprécie les antiquités et évolue dans un environnement fonctionnel. Son besoin psychologique sera d’être reconnu pour son engagement dans son travail mais aussi pour ses opinions qu’elle exprime librement et qu’elle veut qu’on respecte. Une Persévérante célèbre ? Mère Teresa

La personnalité « Travaillomane » : Cette personne est d’abord dans la pensée, dans l’identification et dans la catégorisation. Elle cherche à structurer et analyser les faits. Elle sera logique, responsable et très organisée. Ponctuelle, elle a besoin de délais précis, de planification, et sera motivée par les félicitations et les récompenses. Son environnement est structuré par le fameux « chaque chose à sa place », tout sera fonctionnel et organisé avec une décoration contemporaine. Son besoin psychologique sera d’être reconnu pour la qualité de son travail et sa structuration du temps. Un Travaillomane célèbre ? Tintin

La personnalité « Promoteur » : Cette personne est dans l’action proprement dite, elle perçoit tout de suite ce qu’elle doit faire, motivée et motivante. Adaptable et charmeuse, c’est une personne pleine de ressources, ferme et directe. Elle a le goût du risque, vise des résultats à court terme. En bref, c’est quelqu’un de fonceur, adepte des challenges. Par conséquent, son environnement sera clinquant, affichant des trophées, des choses « qui en jettent » et les dernières nouveautés. Son besoin psychologique sera d’être nourrit en excitation, par des sensations fortes et des résultats rapides, la compétition, la vitesse. Un Promoteur célèbre ? Donald Trump

Comprenez votre propre personnalité…

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégiqueMaintenant que vous avez pris connaissance de ces descriptions assez générales des 6 personnalités, peut être voyez-vous déjà dans laquelle se situerait votre base ? Peut-être même que vous hésitez ? Vous vous sentez proche du Travaillomane, mais vous reconnaissez la personnalité Rebelle en vous à l’époque de l’université ? Je vous rassure, vous n’êtes ni multi-personnalité, ni schizophrène. Ces personnalités sont peut être proches de votre base, au niveau des étages de votre immeuble, et il se peut que vous les ayez déjà expérimenté. C’est la notion de « phase ».

Je m’explique : La vie peut amener à « phaser », c’est-à-dire à présenter les caractéristiques et les besoins psychologiques d’un autre type de personnalité que notre base. C’est le cas sur l’image présentée plus haut, où la phase est située en personnalité « Rêveur ».

Notre phase peut être la même que notre base toute notre vie. Encore une fois, cela dépend de l’histoire de chacun et il n’y a aucun jugement de valeur à en déduire.

Si nous nous sentons durablement et intensément stressé et que nous avons résolu ce stress, alors il est possible que nous phasions. Nous allons alors présenter les caractéristiques et besoins de la personnalité située à l’étage supérieur et ce sur une durée minimum de 2 ans pour être considérée comme telle.

Si la vie ne nous épargne pas, nous pouvons même phaser plusieurs fois ! Dans ce cas, les étages précédents seront ce qu’on appelle des « phases vécues » et leur curseur seront à 100%, comme l’est notre base, possibilité que j’ai évoquée plus haut. Nous n’aurons donc aucun problème à communiquer avec des personnes qui présentent cette personnalité en tant que base. C’est le cas sur l’image présentée où le premier étage « Rebelle » est une phase vécue. Ce profil montre une personne ayant phasé deux fois, la première de l’Empathique au Rebel et la seconde du Rebel au Rêveur. Il faut noter que nous ne pouvons pas phaser directement au 5ème ou au 6ème étage par exemple. Nous phasons dans l’ordre de nos étages. Par conséquent, suivant l’immeuble présenté plus haut, le prochain changement de phase, s’il a lieu un jour, se fera obligatoirement en personnalité Persévérant.

Déterminez les personnalités de vos collègues…

Ecole de PNL de Lausanne - Formation Coaching Interactionnel®Il se peut également, à la lecture des descriptions des 6 personnalités, que vous ayez justement reconnu vos collègue Marion ou Julie, ceux avec qui vous vous entendez, et ceux avec qui c’est moins évident. Peut-être est-ce encore un peu flou…. Vous voyez bien votre chef en Promoteur, mais pour votre collaboratrice, vous hésitez entre Travaillomane et Persévérant…

Je vais vous donner une astuce. Pour mieux communiquer avec elle, vous aimeriez déterminer la personnalité de base d’une personne, et ainsi savoir comment interagir avec elle et combler au mieux son besoin psychologique ? Il faut observer ses réactions sous stress, réactions que nous avons tous lorsque nos besoins psychologiques ne sont pas satisfaits. Sous stress, nous descendons en sous-sol de notre immeuble, nous ne pouvons plus prendre l’ascenseur et nous ne pouvons donc plus visiter nos étages et nous adapter correctement. Voici les réactions sous stress de chaque personnalité :

L’Empathique, dans son but de faire plaisir à tout prix, n’osera pas dire non, ne voulant pas déranger et manquera de fermeté. Elle commettra des erreurs, va douter d’elle et peut même aller jusqu’à se sentir complètement rejeté.

Le Rebel, dans son leitmotiv de toujours vouloir faire des efforts, va se disperser et sera confus dans ses mots, il râlera sur tout le monde et rejettera la responsabilité de ses actes sur l’extérieur. Il refusera l’aide et s’opposera à tout.

Le Rêveur, dans sa volonté d’être fort pour les autres, se laissera penser que l’extérieur est responsable, parlera peu attendra passivement et ne termina peut-être pas son projet. Il se retirera peu à peu jusqu’à ne plus répondre, ne plus être disponible.

Le Persévérant, pensant qu’il n’a de la valeur que s’il est parfait pour les autres, va se focaliser sur ce qui dysfonctionne et posera des questions très compliquées. Dans un stress plus poussé, le Persévérant partira en croisade pour ses opinions qu’il défendra avec ferveur en essayent de les imposer. Il deviendra alors moralisateur et attaquant.

Le Travaillomane, qui doit être parfait mais pour lui-même, montrera son stress en se perdant dans des détails et attaquera verbalement les autres. Ultra-perfectionniste, sa frustration s’exprimera dans le sur contrôle où il critiquera facilement les autres. C’est une personne qui ne déléguera pas ses tâches et pourra être, à terme, dans le rejet total de l’autre car « il n’y a que lui qui sait faire ».

Le Promoteur, dans sa volonté d’être fort pour lui-même, deviendra très impatient, sera dans le « chacun pour soi », ne donnant aucun soutien aux autres. Il va générer des conflits, devenir manipulateur et méprisant et enfreindra les règles. Il ira même jusqu’à devenir impulsif, partira avec fracas et abandonnera tout le monde derrière lui.

Avec ces précisions qui mettent en avant ce que peuvent révéler les bases des personnes avec qui vous travaillez, vous avez déjà surement quelques clés pour mieux les cerner et ainsi déterminer leurs besoins et adapter au mieux votre communication avec eux, tout en satisfaisant vos propres besoins psychologiques.

Un champ vaste d’application…

Il faut noter que la Process Communication croisent également plusieurs notions et notamment dans son application au travail et au management. Nous aurons ainsi d’autres clés pour éviter la mécommunication, comme le fait d’utiliser les canaux de communication privilégiés (interruptif, directif, nourricier…) liés à chaque personnalité. Rappelez-vous qu’il n’y a communication que lorsque l’offre et l’acceptation de l’offre se fait sur le même canal.

Nous pouvons également voir avec cet outil quel style d’interaction nous pouvons utiliser (démocratique, autocratique, laisser-faire…) pour permettre à chaque personne d’exprimer au mieux son potentiel. Vous pourrez aussi déterminer l’environnement préféré de votre interlocuteur, s’il sera plus à l’aise dans un travail d’équipe, ou au contraire sera plus productif dans l’autonomie. En bref, la Process Communcation offre une multitude d’éléments pour gérer au mieux ses relations et nouer un dialogue adapté et adaptable pour que l’interaction se passe au mieux et que tout le monde soit satisfait !

Pour aller plus loin…

LAB Profile® - Certification Practitioner - Shelle Rose CharvetSi vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de ce modèle et découvrir tous ses secrets, vous pouvez vous procurer les livres de Christian Becquereau « La Process Com® : découvrez quel est votre profil et nouer de bonnes relations avec votre entourage », ou « La Process Com® pour les managers », ou même l’ouvrage de Gérard Collignon « Comment leur dire ». D’autres ouvrages sont disponibles, pour une application professionnelle ou pour une application personnelle.

Mieux ! Vous pouvez prendre contact avec l’Ecole de PNL de Lausanne et vous former à la Process Com sur 3 journées, avec votre profil personnel qui sera établi au préalable. Vous trouverez toutes les informations sur la page dédiée à cette formation

Alors vous n’avez plus aucune excuse. Grace à ce modèle, vous pouvez aider une Marion, une Julie ou vous-même à vous libérer d’un rouage contraignant dans vos relations professionnelles. Vous pourrez comprendre vos collègues, vos collaborateurs, vos supérieurs, pourquoi mettent-ils leur grain de sel dans votre travail ou celui des autres, qu’attendent-ils, quels sont leurs besoins à satisfaire en le faisant, etc. Et surtout quels sont vos besoins à vous qu’ils ne satisfont pas. Vous serez apte à leur dire que non, vous ne fonctionnez pas comme eux, mais sans les froisser, en utilisant les bons mots pour les rassurer et enfin assumer votre propre fonctionnement dans cet immeuble solide et personnel qu’est le vôtre.

post

Que se passe-t-il en juin à l’Ecole?

développement personel pour célibataire -Ecole de PNL de Lausanne

En juin à l’école de PNL de Lausanne


Les événements & formations

Le 7 juin :

L’AfterWork – Dès 18h30, les participants et les amis de l’Ecole de PNL de Lausanne se retrouvent pour s’amuser, boire un coup et bien rigoler! 

Le 9 juin :

Auto-Hypnose et Gestion du Poids (13h30-17h30) – Module complémentaire d’application suite au suivi des ateliers auto-hypnose des 17 février et 28 avril.

Le 16 juin :

Process Communication – de 8h à 12h au Centre de Formation de la Rama

Ennéagramme – de 13h30 à 17h30 au Centre de Formation de la Rama

Venez découvrir la puissance de précieux outils de découverte de soi et de meilleure compréhension de nos relations et du monde qui nous entoure, lors de cette journée découverte. Pour votre développement personnel ou pour un premier contact avant d’envisager une formation dans l’un de ces modules. Accessible à tous !

Auto-Hypnose et Gestion de la Douleur (13h30-17h30) – Module complémentaire d’application suite au suivi des ateliers auto-hypnose des 17 février et 28 avril.

Le 16 juin :

Remise officielle des certifications aux derniers dipômés de “Praticien en Hypnose et Stratégies Ericksonniennes“, de “Praticien en Coaching Interactionnel” (promotions 2016-2017) et de “Praticien en PNL” (mai 2017) au King Size de Lausanne, pour un moment festif de retrouvailles !


Nouveauté 

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingFORMATION ÉVÉNEMENT !!! : La Modélisation symbolique (Clean Language)

Saviez-vous que notre cerveau fonctionne essentiellement avec des représentations internes métaphoriques et/ou symboliques

Ces métaphores peuvent être la représentation de nos comportements, de nos attitudes, de nos blocages, de nos problèmes… tout comme elles peuvent être représentatives de nos projets, de solutions et réussites. Sachant que le cerveau ne fait aucune différence entre sa réalité intérieure et la réalité extérieure, si la représentation interne d’une situation évolue ou se modifie, il y aura automatiquement un changement externe, dans la réalité.

La Modélisation Symbolique est une méthode d’accompagnement thérapeutique utilisant à la fois les techniques de questionnement du “Langage Propre” ou “Clean Language” développé par David Grove, la notion de processus systémique et la métaphore.

Grace à une posture neutre et avec un questionnement spécifique et pertinent, la modélisation symbolique vous permet d’accompagner pas à pas toute personne au travers de sa métaphore, en ayant le désir de solutions, de changement et d’évolution.

Cette formation de 2 jours, dispensée par Nadine Lebeau, abordera le langage et l’écoute, le sens et l’utilisation des métaphores, la posture et les techniques de questionnement “propre” et l’utilisation de supports (dessins, images, objets).

Elle se déroulera : Les 29-30 septembre et 1er octobre 2017 Au centre de formation de La Rama à Cugy

RESERVEZ SANS ATTENDRE ! IL N’Y AURA QUE 20 PLACES DISPONIBLES !

Retrouvez le programme de cette formation événement sur notre site internet.

Un tarif préférentiel sera octroyé à nos anciens élèves ! Contactez-nous à l’adresse info@pnl-lausanne.ch !


Clôture de la Promotion 2016-2017 !

Ils ont terminé leur formation de “Praticien en Hypnose et Stratégies Ericksoniennes” et de “Praticien en Coaching Interactionnel” le 29 avril dernier !

Avec brio !!!!

Nous leur souhaitons beaucoup de succès et de passion dans leur pratique et fêteront cela tous ensemble le vendredi 16 juin en soirée à Lausanne lors de la remise officielle de leurs Certifications !

Se joindront à eux les fraîchement certifiés de “Praticien en PNL” du mois de mai 2017 !


Et si vous vous formiez en ligne?

Vous vivez sûrement des émotions négatives qui ne vous conviennent plus, qui engendrent des comportements et des attitudes insupportables, inappropriées, incompréhensibles et qui génèrent de la souffrance tant pour vous-même que pour vos proches.

En partenariat avec www.curieusement.com le centre de développement personnel ludique et www.zone-magique.com le portail de la formation en ligne nous avons réalisé et mis à votre disposition une formation en ligne de 8 modules en vidéos.

Dans cette formation, vous apprendrez :

– Les 4 façons de gérer vos émotions.

– Comment fonctionne votre cerveau (système limbique) et l’utilité de vos émotions

– Les besoins cachés derrière chacune de vos émotions et comment les satisfaire

– Comment affiner votre perception aux alertes émotionnelles

– Une méthode simple pour gérer et transformer vos émotions au quotidien

Nous vous monterons également comment rentrer dans une dynamique d’évolution personnelle et de renforcement de l’identité. Et bien plus encore…

Alors, intéressé(e) à devenir vous en mieux ?

Découvrez la vidéo de présentation en cliquant sur l’image et laissez vous guider !


ATTENTION !

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingNous vous informons que nos cursus de Praticien en Hypnose & Stratégies Ericksoniennes et Praticien en Coaching Interactionnel sont COMPLETS pour les promotions de novembre 2017 à avril 2018 !

Devant le succès de nos formations, nous travaillons à la mise en place d’une seconde session de ces 2 cursus qui devraient avoir lieu entre avril et octobre 2018 ! De nouvelles dates seront donc bientôt au calendrier !

Merci à vous pour votre confiance !


Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

ecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahing

 

 


 

post

Savoir dire MERCI !

Enfants, c’est l’un des premiers mots que nous apprenons à dire. Au-delà d’un simple acte de politesse, cela permet dès le plus jeune âge de se « connecter » aux autres par l’instauration de valeurs sociales en mettant en jeu une certaine réciprocité. Avec « bonjour », « pardon »  et « s’il vous plait », ce « merci » nous apprend par les mots à adopter une conduite visant le respect de nos semblables.

Adulte, ce « merci » fait partie intégrante de notre langage et s’exprime de manière logique à cette notion de réciprocité. Une personne nous donne quelque chose, nous la remercions. C’est un échange visible et concret. Cependant, nous n’avons peut-être pas conscience, ou avons-nous simplement oublié, que ce mot ne s’adresse pas seulement à nos pairs de manière ponctuelle. Nous recevons tous chaque jour tellement de choses. Ces choses, parce que nous vivons, sont considérées comme dues, ou acquises parce que nous avons fait en sorte de les avoir. Et si nous apprenions à témoigner de notre reconnaissance pour les choses les plus basiques, les plus logiques et plus insignifiantes ? Et si nous remerciions simplement la vie au quotidien ? Et si nous adoptions une attitude de gratitude ?

 

Pourquoi remercier ?

Parce que notre cerveau et notre corps aiment cela. C’est une question de chimie ! Se concentrer sur ce qui nous arrive de bon fait augmenter la sécrétion de « dopamine » par notre cerveau, qui est l’hormone du plaisir. En somme, quand nous nous concentrons sur les choses positives par notre esprit, nous nous sentons bien dans notre corps.

Neurologiquement, lorsque que nous sommes dans cet état de gratitude, et sous réserve que nous nous y plongions assez souvent, notre cerveau ralentit ses ondes et produit donc des ondes alpha. Nos 2 hémisphères fonctionnent alors en harmonie. Ce cycle d’ondes alpha se produit naturellement plusieurs fois dans la journée et nous évite une « surchauffe » cérébrale. En entraînant notre cerveau à produire des ondes alpha, nous favorisons notre concentration, notre mémoire, la gestion de l’état de stress, la perception de nos sens et en tirons encore bien d’autres bénéfices. Nous reprenons le contrôle, la confiance et leur champ d’application est véritablement illimité !

Plus globalement, s’attarder sur ces petites choses qui font que tout roule dans notre quotidien nous maintient dans cet état positif, et par conséquent nous fera rayonner différemment. Ce ne sont pas seulement les événements du même genre que vous attirerez, ce sont aussi les personnes et votre environnement qui vous renverrons ce que vous transmettez.

De manière très résumé, il existe une loi universelle appelée « loi de l’attraction » disant que chaque énergie ou vibration positive renvoyée tend à se joindre à d’autres vibrations semblables et d’attirer vers elles toutes les énergies faites de la même longueur d’onde. En somme, le positif attire le positif, le négatif attire le négatif. Notre pensée se réalise dans la matière. N’avons-nous pas, à un moment de notre vie, connu cette loi des séries, l’effet boule de neige, qui consiste à penser qu’un événement négatif en attirera 2 autres sous peu ? Le fameux « jamais 2 sans 3 »… Et si c’était simplement cette pensée à la suite du premier événement qui attirait les 2 suivants ? Le « oh non ça y est, j’ai la poisse…. » qui s’en est suivi a renvoyé directement une vibration négative, attirant de ce fait d’autres événements du même acabit. Les 3 événements produits, nous nous relaxions enfin « ça y est, c’est bon, j’ai eu mes 3 catastrophes ! », renvoyant par le fait une énergie plus positive. Est-ce cette loi des séries qui s’est vraiment arrêtée à 3 événements, ou bien est-ce nous qui, après le 3ème, avons émis une meilleure vibration ? Comme on dit, l’œuf ou la poule…. Et si dans le doute, nous inversions la situation ? Lorsqu’il vous arrive quelque chose de positif, avez-vous déjà pensé de la même manière à une loi des séries, qui pourrait être infinie ? Non ? Imaginez tout le positif que vous auriez alors attiré et que vous avez manqué….. Cela ne pousserait-il pas votre conscience à changer de paradigme et de prendre la responsabilité de votre vie ?

Qui remercier ?

Peu importe… Qu’on l’appelle Dieu, Allah, Jésus, Bouddha, le Ciel, la Vie ou l’Univers, ce qui compte c’est l’intention que nous y mettons. L’énergie renvoyée par la sincérité de nos propos reconnaissants est la principale condition au retour vers nous-même de cette même énergie. C’est même vous-même que vous pouvez remercier ! Sachez aussi être fier de vous, de ce que vous mettez en place dans votre vie pour avancer. La bienveillance envers la vie passe déjà par la bienveillance envers soi-même.

Quand et comment remercier ?

C’est assez subjectif. Le mieux étant de le faire quotidiennement afin de créer un nouvel automatisme. Il suffit simplement de vous aménager un moment dans la journée, pour vous recentrer, penser profondément à ce qui vous arrive de bon.

Et pourquoi pas dès le réveil ? Au moment où la sonnerie vous extirpe de votre sommeil, au lieu de pester parce qu’il est déjà l’heure, prenez quelques minutes pour vous concentrer. Ressentez en quoi vous êtes privilégié, de pouvoir vous réveiller dans un premier temps (eh oui, vous êtes vivant !), de le faire dans un lit confortable, sous le toit d’une maison, avec vos organes et vos membres tous bien fonctionnels ! N’est-ce pas déjà une chance ? Eh oui, votre état n’est pas acquis, et il se peut qu’un jour vous perdiez une faculté importante pour vous. Pour l’instant, vous l’avez et vous avez la chance d’en prendre aujourd’hui conscience. Se poser la question de ce qui va bien, c’est déjà en soi un changement de perception.

Le soir peut être également un moment propice. Au moment de vous coucher, toujours dans votre lit confortable, sous le toit d’une maison ( 😉 ), vous pouvez prendre quelques instants pour passer en revue votre journée écoulée. Qu’est-ce qui l’a marqué ? Quel a été le bon, ou le moins bon ? Retirez-en toujours le positif et voyez comme cela aurait pu surtout être bien pire…. Pensez également à ce qui est logique pour vous. Par exemple, aviez-vous de l’eau chaude au robinet aujourd’hui ? C’est bien souvent lorsque notre chaudière est en panne qu’on saisit son importance dans notre quotidien. Alors si tout ceci a fonctionné, pourquoi ne pas remercier ? Et si vous êtes prêt à dormir, remerciez aussi pour la bonne nuit reposante que vous allez passer. Parce qu’elle le sera, après tout cela vous en êtes sûr !

Le matin et/ou le soir, mais à chaque moment de la journée, vous pouvez le faire également. Il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour adopter cette attitude de gratitude. Choisissez-le, ressentez-le, vivez-le, en toute sincérité. Et si vous en ressentez le besoin, exprimez aussi votre reconnaissance aux personnes qui vous entourent, pour leurs qualités, pour leurs actions quotidiennes, vos enfants, votre conjoint(e)… Tout n’est que vibrations positives à envoyer, et comme tout positif, ça fait du bien !

Certaines personnes ne se séparent plus de leur carnet : leur journal de gratitude ! Il leur permet de noter à l’instant T chacune des choses pour lesquelles elles peuvent être reconnaissantes au cours de leur journée. Le fait de l’écrire leur permet d’en garder une trace, de manière à le relire à volonté et de le ressentir à nouveau, un peu comme on le ferait en PNL dans un cercle d’excellence. Il peut s’agir d’un moment, d’un éclat de rire, d’une odeur, d’une sensation… Ces écrits permettent également de lister, de manière non exhaustive, toute la positivité que peut apporter un quotidien et de prendre conscience qu’effectivement nos journées sont riches de bénéfices !

Et pourquoi ne pas profiter de votre moitié pour vous motiver ? Ou même vos enfants ? Avoir un « partenaire de gratitude » est aussi très motivant. Le regard de l’autre vous en donnera un neuf sur vos propres perceptions. C’est également un ciment solide pour une relation, basé sur un échange d’énergie hautement positif ! Et, c’est bien connu, à plusieurs on va plus loin…

En exprimant votre gratitude, que ce soit en parlant ou en l’écrivant, sachez aussi y mettre les bons mots. Vous avez fait face à un problème aujourd’hui ? Il s’agit d’une difficulté, quelque chose de complexe à résoudre ? Ne vous attardez pas sur cette situation mais transformez-là. Prenez exemple sur cette chef d’entreprise qui, à chaque fois que sa société faisait face à un problème, ouvrait une bouteille de champagne ! Pourquoi ? Parce qu’elle ne voyait pas cela comme une difficulté, mais comme « une opportunité à grandir » ! C’est ainsi qu’elle manageait son équipe. Chaque problème rencontré constituait pour tous un challenge pour se dépasser et chaque challenge devenait une véritable occasion bénéfique ! Cherchez donc le pourquoi de ce problème et voyez plus loin, que va-t-il vous apporter ? Voyez-le comme la marche qui va vous permettre de monter plus haut et non comme celle qui va vous faire stagner ou redescendre. Il est important de changer sa perception des événements pour en ressentir les bénéfices et les bienfaits, il y a toujours une belle découverte derrière chaque situation de la vie !

 

Pour terminer…

Nous avons donc tous les jours des millions de raisons de dire MERCI. Simplement, nous avons tendance à nous attarder sur ce qui ne fonctionne pas, sur ce que nous n’avons pas ou sur ce qui nous déplaît.  L’être humain est un éternel insatisfait ! Phillip Watkins, chercheur à l’université de psychologie de Washington, précise bien que « cette reconnaissance consciente nous amène à apprécier ce que nous avons plutôt qu’à déplorer ce qui nous manque. »  Il s’agit donc de développer de nouveaux automatismes, de se détacher du matériel et de prendre conscience que vos plus belles ressources sont intérieures. Ce sera le moteur de votre bien-être.

Quant à moi, je vous dis MERCI, merci d’avoir lu cet article, de l’avoir aimé (ou peut-être pas !), d’y avoir sans doute réfléchi, mais déjà de vous y être intéressé. Et qui sait, peut-être reviendrez-vous dans quelques temps le relire en me remerciant, mais surtout, je l’espère, en vous félicitant et en vous remerciant de vous y être un jour arrêté parce que votre vie a changé grâce à votre nouvelle « gratitude attitude »…

post

Devenir Hypno-thérapeute : qui peut exercer ce métier?

Et si vous deveniez Hypno-thérapeute? Quelques conseils pour exercer ce métier…

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coaching

De plus en plus de personnes désirent effectuer une reconversion professionnelle dans le domaine de la relation d’aide et plus particulièrement à l’Hypnose thérapeutique. Elles ressentent souvent le besoin de retrouver la notion « d’être humain », de redonner du sens à ce qu’elles vivent, d’exercer une activité en accord avec leurs valeurs, de contribuer à quelque chose de plus grand, de s’accomplir…

Ces personnes ont souvent déjà eu recours à des séances d’hypnose, suivit une formation ou sont intriguées, passionnées par le sujet et d’une certaine façon par l’être humain. En effet, il est difficile de dissocier l’hypnose de l’être humain car il s’agit d’une des approches les plus respectueuses de la valeur d’une personne, de ses faiblesses, de ses forces, de ses ressources et de son potentiel.

Après avoir discuté avec plusieurs intéressés, une graine commune semble s’être plantée dans leurs têtes sans pour autant avoir déjà germé : « exercer le métier d’hypno-thérapeute ».

De hautes études en psychologie ne sont pas nécessaires pour s’engager dans cette voie. Mais avec une formation de bases de qualité et de bonnes aptitudes relationnelles, ce métier est à la portée de nombreuses personnes. Bien sûr, il s’agit d’un métier exigeant dans lequel l’éthique est au premier plan. C’est un métier dans lequel la remise en question de sa pratique est permanente, tout comme son travail de développement personnel. La supervision est primordiale et la formation continue du jeune thérapeute est un gage de professionnalisme.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Hypnothérapeute n’est pas ?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingLa notion de thérapeute met d’ores et déjà à l’écart les clichés que peuvent nous imposer les médias. L’hypnose « grand public » est souvent décrite avec un côté magique, presque ésotérique, sous l’emprise de laquelle nous pouvons faire n’importe quoi et octroyant ainsi un certain pouvoir à l’hypnotiseur. Alors non, un hypnothérapeute n’endort pas ses patients pour leur faire faire tout ce qu’il veut. Il ne s’agit pas ici d’hypnose de foire comme on le voit à la télévision. Les patients ne dorment pas mais sont dans un état de conscience modifiée où ils font abstraction de la réalité environnante pour se plonger au plus profond d’eux-mêmes. Même si le thérapeute fait appel à la part inconsciente du patient, son conscient veille toujours à ne pas transgresser des règles qui pourraient nuire à ses propres valeurs.

Un hypnothérapeute n’est pas non plus un médium où un voyant (même si certains associent cela à leur pratique par leur prédisposition personnelle). Les réponses que vous êtes venu chercher seront à trouver en vous grâce à cet état d’hypnose, en aucun cas le thérapeute ne les devinera ou vous les prédira. Il peut néanmoins orienter votre réflexion par son questionnement.

Un hypnothérapeute n’est pas un psychologue ou un psychothérapeute. Inutile donc de partir sur des années de thérapies. Bien souvent, les thérapies par l’hypnose sont brèves car elles visent à régler un problème bien précis et non pas à refaire toute la genèse du patient. Nous sous-estimons le pouvoir de notre inconscient et le but également de l’hypnothérapeute et de montrer celui-ci à son patient, de manière à le rendre autonome, de lui montrer des exercices à reproduire seul en pratiquant l’auto-hypnose.

Un hypnothérapeute n’est pas un médecin. Tout ce qu’il peut vous prescrire ce sont des tâches à faire pour tendre vers votre propre objectif. Même si il traite avec vous vos problèmes de cigarette, de sommeil ou de poids, il ne vous prescrira ni de médicaments ni de solution miracle ! En revanche, dans le cas de maladie grave, il peut vous aider à soulager vos douleurs.

Le métier c’est quoi ?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingC’est avant tout prendre en compte la personne, l’humain, qui se présente à vous avec un problème à résoudre et lui faire réactiver avec des outils et des techniques les ressources connues ou méconnues qu’il possède déjà pour l’aider à trouver sa solution. Parce que le patient n’a pas conscience de ses propres ressources, c’est à son inconscient que l’on va s’adresser. L’inconscient agit toujours de façon bénéfique pour le patient, même si cela passe par des comportements jugés inappropriés et invalidants. Pour l’inconscient, ces comportements sont une réponse positive de « survie ». Il va donc falloir aller dialoguer avec l’inconscient du patient afin de savoir à quoi il veut survivre pour qu’il ait à mettre en place ces comportements consciemment gênants pour le patient.

Au cours de séances, l’hypnothérapeute va donc, par des techniques d’induction hypnotiques, mettre en exergue le besoin à satisfaire pour l’inconscient et le remonter au conscient afin que le patient le comprenne et puisse modifier son comportement. C’est le « pourquoi » qui va être déterminé, dans le but de mettre en place un changement profond pour le patient. Le thérapeute n’est donc qu’un moyen, une aide, car c’est bien le patient qui doit faire le travail. Le thérapeute est ici comme le serait un entraîneur sportif, un véritable coach, avec ses conseils et ses exercices pour développer les ressources manquantes au patient et qui lui permettront de dépasser ses blocages. Mais c’est bien le patient qui agit et le mérite du résultat lui revient entièrement. N’est-pas au sportif que l’on donne la médaille, pas à son entraîneur, non ?

Etre hypnothérapeute, c’est aussi devenir indépendant!

Exercer le métier d’hypno-thérapeute c’est aussi devenir indépendant. Ce qui veut dire débuter une activité, se faire connaître, effectuer des tâches administratives. Quelques notions de marketing, une spécialisation, des partenaires de qualités et un bon réseau de contact vous aideront à contredire la règle du lancement d’activité qui dit que  « Ce n’est pas parce vous décidez d’ouvrir un cabinet de consultation que les clients vont arriver. ». Pour ce faire, il ne faut pas hésiter à contacter des thérapeutes déjà en place afin de mesurer l’ampleur des tâches hors consultations. Certaines formations ne vous lâchent pas dès l’obtention de votre diplôme et vous préparent également à la suite.

Et si ce n’était pas fait pour moi ?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingLa réponse est assez simple. Pour devenir Hypno-thérapeute, vous devrez suivre une formation. En choisissant bien votre formation, le programme vous permettra de valider, vérifier, confirmer vos aptitudes et motivation pour ce fabuleux métier. Et si, vous prenez conscience et cours de route que vos envies vous portent dans une autre direction, vous pourrez toujours changer de cap. Ce que vous aurez appris vous sera toujours utile, tant pour votre vie personnelle que professionnelle.

 

Comment faire mes premiers pas dans ce domaine?

Les formations :

En matière de formation francophones, vous trouvez de nombreux centres de formation, en France, en Belgique, en Suisse et également au Québec. A Montréal l’Institut Humanitum, à Paris l’Institut Français d’Hypnose Ericksonienne, à Lausanne l’Ecole de PNL de Lausanne, à Liège l’Institut Milton Erickson. De manière assez généralisée, les formations ont une durée d’une vingtaine de jours par niveaux de certification. Un premier niveau communément appelé « Praticien en Hypnose Ericksonienne » et un deuxième niveau « Maître Praticien en Hypnose Ericksonienne ». Ces formations sont orientées vers l’acquisition des méthodes et protocoles hypnotiques mais rarement vers l’apprentissage du métier d’hypno-thérapeute.

En revanche, certaines écoles proposent une formation en hypnose  innovante, axée sur la pratique, l’expérience et le métier d’Hypno-thérapeute. En plus d’apprendre les méthodologies et les protocoles intrinsèques à l’Hypnose Ericksonienne, vous apprenez un ensemble d’approches et d’outils complémentaires tels que la PNL,  la Systémique et l’approche Stratégique de l’Ecole de Palo Alto. Vous pouvez même bénéficier d’une série de vidéos pour vous guider dans le lancement de votre activité. L’objectif étant de permettre aux participants de débuter leur activité avec une richesse d’outils, la flexibilité et le professionnalisme thérapeutique. L’éthique est très importante et la formation n’est qu’une première étape qui permet à chaque futur thérapeute de débuter en toute confiance tout en poursuivant sa formation en fonction de ses affinités et de ses approches préférées.

Comment choisir sa formation?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coachingPour bien choisir votre formation, nous vous conseillons de respecter 3 points essentiels.

  1. Définissez vos objectifs, ce que vous recherchez en allant suivre une formation. Est-ce pour votre développement personnel ou pour en faire un métier? Puis affinez vos attentes et choisissez la formation qui correspond à celles-ci.
  2. Informez-vous, comparez les programmes, la durée, le coût.
  3. Contactez les instituts, prenez rendez-vous. Vous devez avoir « le feeling » avec l’école et l’enseignant.

Préférez les formations enseignées selon des critères reconnus comme ceux de l’institut Milton Erickson, choisissez des enseignants et des organismes certifiés et reconnus par d’autres entités. Méfiez-vous des grandes promesses, des formations trop courtes, on ne devient pas thérapeute ni en maîtrise de l’hypnose en 5 jours.

Et au-delà du métier visé, le travail sur soi effectué au cours de votre formation ne peut vous être que bénéfique. Avant d’aider les personnes qui viendront vous consulter, c’est vous-même que vous allez d’abord aider. Jusqu’à présent c’est un sujet auquel vous vous intéressiez. Par une formation, c’est un approfondissement qui vous apportera une ouverture d’esprit et une prise de conscience du potentiel de tout être humain. Et donc aussi de votre propre potentiel… Passer par une formation, c’est non seulement essentiel, mais c’est aussi expérimenter les divers changements intérieurs, les modifications de vision, explorer le champ des possibles avant même de faire vivre tout cela à vos futurs clients. Ce métier passe avant tout par un travail de développement personnel qui vous donnera le goût de tout ce que vous pouvez apporter aux autres. Aider les autres est une vocation, et c’est en expérimentant cette aide que vous pourrez en transcender les bienfaits auprès de vos futurs clients.

Selon vos affinités et la demande, vous pourrez également vous spécialiser dans certains domaines par la suite, comme la thérapie familiale, le traitement des douleurs ou de l’anxiété, et même collaborer avec certains services médicaux.

Votre intérêt pour ce domaine est vraiment là? Vous avez maintenant tous les éléments pour en faire votre voie. Il ne vous reste plus qu’à sauter le pas!

 

 

post

Que se passe-t-il en mars à l’Ecole?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coaching

En mars à l’école de PNL de Lausanne

Les événements & formations

Le 1er mars :

L’AfterWork – Dès 18h30, les participants et les amis de l’Ecole de PNL de Lausanne se retrouvent pour s’amuser, boire un coup et bien rigoler!

Le 22 mars : 

PNL Premiers Pas – de 8h à 12h au Centre de Formation de la Rama

Hypnose Premiers Pas – de 14h à 18h au Centre de Formation de la Rama

Venez découvrir la puissance de la PNL et la magie de l’Hypnose au cours de cette journée découverte, pour votre développement personnel ou pour un premier contact avant d’envisager une formation dans l’un de ces cursus.

Du 23 au 26 mars :

Intervention Brève Stratégique (COMPLET) – Module 7 du cursus de Praticien en Hypnose & Stratégies Ericksoniennes certifié / Module 5 du cursus de Praticien en Coaching Interactionnel

Du 24 au 26 mars :

LAB Profile (OUVERT A TOUS) – Cette formation de type “profilage” vous aidera dans vos recrutements en tant que Manager, obtenir de meilleurs résultats avec vos clients, ou simplement trouver des outils concrets pour une meilleure communication avec les autres dans votre développement personnel. 


Le dernier article de l’Ecole de PNL de Lausanne !

Pourquoi faire du développement personnel ? Le Triangle P.E.R.S.O. !

Pour répondre à cette question, nous avons besoin d’étudier le schéma ci-dessous. Au centre, il y a VOUS, en lettre majuscule (SOI). Votre identité est définie principalement par deux dimensions : vos valeurs et vos croyances (en violet). Vos valeurs représentent ce qui est important pour vous. Vos croyances sont les règles qui définissent qui vous êtes et régissent votre façon de percevoir le monde, de faire, d’être et de donner, entrer en relation avec l’environnement et le monde.

Et autour de vous? Qu’est-ce qui peut nous influencer au quotidien? Comment utiliser ces influences pour parvenir à réduire la zone de contraintes quotidiennes et accroître la zone des possibles? Voici quelques clés pour aprendre à composer avec ce qu’il y a autour de nous et s’en servir pour évoluer et enfin respirer !

Je veux lire la suite…


Avec humour…

Comment rester économiquement utile en pratiquant la méditation?

Si vous l’avez manqué lors de son passage radiophonique ou sur les réseaux sociaux, nous vous invitons à regarder la chronique de Nicole Ferroni qui aborde la méditation et l’épanouissement personnel, avec tout l’humour qu’on lui connait, comme un problème économique pour notre pays ! Mais attention, elles nous propose également de “drôles” de solutions !

Visionnez la vidéo ! 


Les participants témoignent de leur formation à l’Ecole

 Ils ont participé à leur premier module de formation avec l’Ecole sur les Bases de la PNL, et ils en sont ravis !

Découvrez les témoignages de Séverine et de Pierre-Alain…

Je vais les lire…

ecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksonienne coaching


“Les métaphores : des histoires pour donner du sens…”

La métaphore parle le language du cerveau droit, elle est “le moyen qui permet d’apporter de nouvelle significations à la conscience” – Erickson

Découvrez ces histoires transposées, ces analogies, nécessaires dans la pratique d’un Hypno-thérapeute, dont les techniques d’élaboration sont enseignées lors d’un module dans le cursus de Praticien en Hypnose.

Nous vous proposons à la lecture ce mois-ci la première partie de la métaphore courte “Ombre et lumière” de Thierry Kallfass.

« Ombre et lumière ? » – partie 2
Une métaphore approfondie

Il arriva que la tension interne et les pressions externes se firent plus fortes, période inconfortable remplie d’incompréhension, de malentendus, de conflits toujours plus longs. Insidieusement, l’un pris le dessus, imposant ses choix, jour après jour. Toujours plus de plongées, de spéléologie, de sorties de nuit, de longues périodes d’inaction, d’hésitations qui le renforçaient au détriment de l’autre, qui ne contestait presque plus et se sentait dépassé sans rien y pouvoir changer.

Vint le jour ou, au cours d’une plongée en eaux sombres plus profonde que d’habitude, l’inévitable accident se produisit, un palier mal respecté, et les deux, si liés, miraculeusement repêchés. Il s’en était fallu de peu cette fois, pour que l’imprudence obstinée du plus fort les entraîne vers une issue fatale.

Dès lors, l’autre entama une lutte quotidienne pour retrouver l’équilibre perdu, cette répartition équitable de leurs désirs et besoins respectifs qui avait régné longtemps en leur permettant de s’épanouir mutuellement. Ce fut difficile, plein de découragements, demandant beaucoup d’énergie, et l’un reprenait à nouveau le dessus, prêt à oser des risques insensés pour retourner plonger encore plus profondément.

L’autre enfin partit demander conseil ailleurs, car il sentait bien que laisser la situation évoluer ainsi finirait par lui coûter cher, peut-être même la vie ! Il avait en lui les profondeurs que l’autre allait chercher si bas, et put semaine après semaine entreprendre l’inimaginable : ne plus le suivre !

Sans rupture agressive, sans ressentiment, juste le laisser faire, partir, plonger, descendre encore et encore plus bas ; accepter que si cela le mettait en péril, lui l’amateur de ciel et de lumière faisait le choix qui lui convenait et se préservait.

Ils restèrent amis, librement, jusqu’au jour ou celui du fond et de la nuit ne revint pas d’une descente de trop, trop profonde, trop risquée.

Son souvenir demeura pour toujours dans l’ombre de celui qui vécut ensuite pleinement ses choix, sur cette fine ligne entre l’ombre et la lumière, là où se déroule la vie…


Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

ecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahingecole de pnl de lausanne - Centre de formation en stratégies d'accompagnements & développement personnel - PNL hypnose ericksoniennecoahing

 

 


 

post

Pourquoi faire du développement personnel? Le Triangle P.E.R.S.O.

Pour répondre à cette question, nous allons devoir en premier lieu poser le décor…

Regardons ensemble ce schéma ci-dessous.

Au centre, il y a VOUS, en lettre majuscule (SOI). Votre identité est définie principalement par deux dimensions : vos valeurs et vos croyances (en violet). Vos valeurs représentent ce qui est important pour vous. Vos croyances sont les règles qui définissent qui vous êtes et régissent votre façon de percevoir le monde, de faire, d’être et de donner, entrer en relation avec l’environnement et le monde.

Autour de vous, il y a l’environnement, représenté ici par un cercle rouge. Dans cet environnement, il y a entre autre : des choses, des gens, des échanges, des actes. Vous allez grandir, vous développer et évoluer en permanence dans un environnement et vous y adapter. Tout comme le poisson dans la mer ou l’oiseau dans l’air… D’un certain point de vue, cet environnement représente un ensemble de contraintes positives et/ou négatives, des possibles et des limites.

Et donc, en fonction de vos valeurs, de ce qui est important pour vous, de vos croyances et de votre personnalité, vous avez des rêves, qui pour certains deviennent des projets comme construire une maison, faire un voyage, avoir une famille, etc. Chaque jour, vous vous fixez des objectifs, des buts comme prendre le petit déjeuner, aller travailler, préparer les vacances, jouer avec vos enfants, faire du sport, etc. Regroupons tous ces termes en un seul appelé « Projets ». La pointe supérieure du triangle représente cette dimension « Projets ».

En évoluant dans cet environnement et en cherchant à atteindre vos objectifs, vous allez expérimenter des états internes. Les états internes représentent tout ce que vous pouvez ressentir en vous en termes de sensations physiques, d’émotions et de sentiments. Nous les appelons également « Ressources » car ce sont vos états internes qui vont vous permettre de construire, d’avancer, de vous développer ou, au contraire, qui vont vous limiter. Comme nous le dit le 3ème pilier de la PNL, nous avons besoin d’expérimenter un sentiment de capacité, « je me sens capable de », pour entrer en relation avec l’environnement, être pleinement capable de communiquer et d’apprendre. La pointe inférieure droite représente cette dimension « Etats Internes ».

Il nous manque encore une dernière dimension. Pour atteindre vos objectifs, satisfaire vos valeurs et évoluer dans votre environnement, vous devez entrer en relation et communiquer. Et cela se passe au travers de votre langage, vos pensées, vos attitudes, vos comportements. Nous regroupons ces éléments dans « Relations et Communication ». La pointe inférieure gauche représente cette dimension « Relations et Communication ».

Les 5 dimensions du triangle PERSO viennent de vous être présentées. Vous commencez déjà à avoir quelques réponses, non ?

pnl-lausanne-thérapeute-hypnose-stratégique - pnl - coaching

Mais d’ailleurs pourquoi le triangle « PERSO » ? Et bien PERSO est un acronyme comme vous l’avez peut-être déjà deviné. Au sommet vous avez le P pour projets, la pointe inférieure droite est le E pour Etats Internes, la pointe inférieure gauche est le R de Relation, au centre vous avez le S pour SOI et enfin le O qui représente les Opportunités qui se trouvent dans l’environnement. L’idée générale, c’est qu’en faisant du développement personnel, vous puissiez réduire la zone de contraintes de votre environnement pour laisser accroître la zone riche en possibles, la zone d’opportunités. Et c’est bien vous qui apprenez, évoluez et changer, car votre environnement lui ne changera pas.

Faire du développement personnel c’est apprendre sur SOI, les autres et comment avancer dans notre environnement. Fondamentalement, nous faisons tous du développement personnel, depuis la première minute de notre vie et jusqu’à la dernière. En cuisine par exemple, vous allez tenter de faire un plat et peut être le rater, puis la fois suivante vous allez revoir vos dosages et ce sera peut-être meilleur, puis refaire encore cette recette améliorée, jusqu’à ce que ce soit bon. Un cours de cuisine avec un Chef étoilé aurait pu vous épargner toute cette énergie, non ? Le développement personnel c’est comme la cuisine ici, si nous prenons des cours, nous apprenons beaucoup plus de choses en un minimum de temps. Et si ce Chef étoilé du développement personnel existait ? Prendriez-vous des cours de PNL pour améliorer votre « recette intérieure », devenir vous en mieux ?

Revenons sur ces 5 dimensions et permettons-nous même d’en ajouter une 6ème.

Commençons par le centre, ce qui est important pour vous, c’est-à-dire vos valeurs et vos besoins. Plus vous êtes conscient(e) de ces éléments, plus vous les nourrissez et plus vos réactions physiologiques sont positives. Alors que, lorsque ces éléments importants sont non satisfaits, vous expérimentez des alertes émotionnelles (peur, colère, tristesse). Ces alertes sont extrêmement importantes car elles vous informent qu’un élément important pour vous n’est pas satisfait. Le fait de ne pas prendre en compte ces alertes peut vous poser par la suite de grandes difficultés car cela revient à ne pas satisfaire vos besoins. Vous l’aurez donc compris, la première grande démarche c’est bien de toujours revenir sur ce qui est important pour vous. D’où l’importance de développer votre connaissance en matière d’états internes, de gestion émotionnelle ! Vous allez gagner en sérénité, en choix et en qualité de vie. Vous allez donc faire de vos émotions des alliées pour votre bien-être et non des « empêcheuses de tourner en rond ».

Revenons ensuite sur la dimension « Projets ».

Si vous voulez évoluer, construire votre vie, vous avez besoin d’une part de vous projeter dans ce que vous désirez et d’autre part d’avoir des stratégies pour y arriver, pour arpenter le chemin.

Attention, quand nous disons « projeter » ce n’est pas seulement le fait de penser à vos projets, d’en avoir une vague idée. Il s’agit vraiment  de visualiser et expérimenter ce que vous désirez avec vos cinq sens. Et pour faire cela, vous allez solliciter votre système nerveux. C’est d’ailleurs la particularité de la PNL, vous allez solliciter vos cinq sens pour vous créer une représentation de ce que vous désirez atteindre, vous allez voir, entendre, et ressentir ce futur désiré. Vous vous rendrez compte que plus une personne et « en conscience » de ce qu’elle veut véritablement dans sa vie, plus ses projets seront cohérents et plus elle disposera des éléments pour atteindre son but. On parle ici de conscience à la fois cortical (construction logique et réfléchie) et également limbique (émotionnelle).

D’autre part, le fait de disposer d’outils, de protocoles, de techniques et d’un savoir-faire en matière de projet, va vous permettre de garantir votre réussite. Vous saurez comment valider, affiner, corriger tout ce qui est nécessaire pour atteindre vos buts. Il est bien plus facile d’arriver là où vous voulez si vous savez exactement où vous voulez aller et ce dont vous avez besoin pour y arriver.

Un des principes fondamentaux de cette dimension « Projets », c’est le fait d’être orienté « solution ». Face à un projet ou une difficulté, la première réaction est de focaliser sur la solution, sur ce que vous désirez à la place de ce que vous avez. On utilise très souvent la question : « Et si ça fonctionnait comme tu veux, ça fonctionnerait comment ? ». Et vous constaterez que le cerveau peut très facilement, si on lui pose les bonnes questions, s’orienter vers des solutions.

Un petit tour dans la dimension « Etats Internes » ?

Ici, nous retrouvons le monde émotionnel. Nous sommes des êtres vivants et donc par définition des êtres dotés d’émotions. Tout comme vous pouvez être acteur de la direction que vous prenez dans la vie, vous pouvez être acteur de ce que vous vivez intérieurement. Il y a juste un certain savoir-faire que l’on a oublié de vous donner mais que vous pouvez très vite apprendre. Nous verrons qu’avoir un objectif clair et bien défini est déjà une excellente chose. Si en plus vous développez cette puissance émotionnelle interne, vous allez considérablement augmenter votre puissance personnelle.

Il s’agit dans un premier temps d’apprendre à développer et mobiliser des états internes (sentiment de capacité) qui sont en adéquation avec les objectifs que vous poursuivez. Par exemple : si vous cherchez du travail, dans quel état émotionnel devriez-vous être pour être performant et convainquant ?

Dans un deuxième temps, il s’agit d’être plus en contact avec soi, d’affiner sa perception des émotions désagréables et de tous les signes précurseurs que nous appelons « alertes émotionnelles ». Ceci vous permettra de pouvoir les anticiper, les prendre en compte et ainsi entrer dans une dynamique de satisfaction de vos besoins, d’être plus apaisé et de générer de nouveaux comportements.

Revenons maintenant sur la dimension « Relations et Communication »

Il s’agit de tous les éléments qui entrent en ligne de compte lors d’interactions avec soi-même et avec les autres : le langage verbal et non verbal, les 5 sens, la façon dont nous traitons l’information, la compréhension des pensées, des attitudes et des comportements. Cela concerne également les différents modes d’écoute, les différentes grandes phases relationnelles, prise de contact, mise en phase, mais aussi la pratique d’accompagnement individuel. Toutes ces connaissances vous permettent une plus grande flexibilité relationnelle, une capacité d’adaptation, une meilleure compréhension des enjeux relationnels et donc de vous-même et des autres. Ainsi vous pouvez aussi corriger certains comportements, changer votre manière de communiquer et donc obtenir des résultats différents.

Ecole de pnl de lausanne - hypnose - coaching - romandie - suisse - france - geneve - valais - vaud - fribourg - neuchatel

 

Quelle est cette 6ème dimension annoncée plus haut ?

Il s’agit du fonctionnement de votre cerveau. Tout ce que nous venons de voir fait entièrement partie de cette dimension. Pourtant il y a encore une autre strate qui est des plus intéressantes et utiles. J’entends par là le fonctionnement des mécanismes mentaux, la gestion des processus cognitifs et des stratégies mentales. Plus tôt dans cet article, je vous ai parlé de nos apprentissages, de nos automatismes.  Il s’agit en fait ici de les découvrir, de les corriger ou de les améliorer pour mieux piloter votre vie….

En résumé, Plus vous développez ces dimensions de vous-même, plus votre environnement devient synonyme d’opportunités et donc plus vous vivez vraiment ce que vous désirez et ce qui est bon pour vous. Sachez que si vous vous êtes bien, les autres autour de vous en bénéficient et seront bien aussi. Comment vous sentez-vous avec des gens qui respirent vraiment le bonheur ?

Si vous n’arrivez pas à obtenir ce que vous désirez dans la vie, suivez le triangle et demandez-vous :

  • Au niveau du « Projet », qu’obtenez-vous ? Vous n’obtenez pas ce que vous désirez mais vous obtenez quelque chose, décrivez-le.  
  • Au niveau « Etat internes », comment vous sentez-vous à l’idée d’obtenir ce que vous convoitez ? Il y a parfois des conflits de valeurs…
  • Comment communiquez-vous pour l’obtenir ? Il est peut-être temps de changer de stratégie…
  • En quoi est-ce important pour vous de l’obtenir ? Qu’avez-vous à gagner ? Et surtout qu’avez-vous à perdre ?
  • Quel retour obtenez-vous de l’environnement ? Comment est-ce que les personnes autour de vous se comportent, vous répondent ? Que vous donne l’environnement ?

Vous venez de lire là un trésor de questions… Ne les gaspillez pas, elles valent leur pesant d’or !

En bref, si vous décidez de prendre votre responsabilité, vous avez du pouvoir sur la compréhension du fonctionnement de votre cerveau, la qualité de votre communication, votre gestion émotionnelle, la cohérence que vous donnez à vos décisions, vos projets, vos buts par rapport à vos valeurs et votre savoir-faire en matière de stratégies de réussites.

Vous avez besoin d’aide pour cette prise de décision ?

Et si vous partiez en formation pour découvrir toutes ces ressources ?

Sachez que l’Ecole de PNL de Lausanne propose un programme complet de formation à la PNL pour vous permettre, en 21 jours, d’acquérir les connaissances et les techniques dans toutes ces dimensions. Que vous souhaitiez faire du développement personnel, pour vous, pour aider vos proches, ou amener des outils complémentaires à votre pratique professionnelle, venez opérer les changements que vous jugez nécessaires pour vous-même, profiter de la bienveillance d’un groupe, d’une ambiance  et d’une qualité d’enseignement unique !

Plus d’informations ? Suivez-moi !

A bientôt !

Valéry Comte

post

LA bonne résolution pour 2017 : Reprendre confiance en vous !

La nouvelle année est là et, avec elle, son lot de bonnes résolutions. « Promis, je m’inscris au sport ! », « Cette année, je prends des cours d’anglais ! », « Aller, j’arrête de fumer ! ». Mais comme vous le savez, le quotidien et le manque de volonté auront raison dès le 5 janvier de ces bonnes idées qui auraient eu le mérite d’améliorer votre vie… Et pourtant, c’est dans les moments de décision que notre destin prend forme, disait Robbins. Voyons-nous trop grand ? Sommes-nous irréalistes ?

Lao-tseu disait : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas ». Ce premier pas est sans nul doute un pas à l’intérieur de vous-même, en apprenant déjà à avoir confiance dans le fait que vous pouvez le faire, à avoir confiance en vous-même et en vos propres capacités. La moitié du chemin vers vos objectifs sera déjà parcourue. La bonne nouvelle c’est que ce travail de reprise de confiance est un assez grand chantier pour que vous puissiez oublier toutes les bonnes résolutions énoncées plus haut ! Laissez donc le sport, les régimes ou autres pour 2018 ! Apprenez déjà à vous aimer et à croire en vous. Ainsi, vous bâtirez les fondations solides de votre succès pour tout nouvel objectif à atteindre.

Plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? Rassurez-vous, avec quelques cailloux semés sur l’année 2017, le chemin ne sera pas si long…

Attention, avoir confiance en soi n’est pas de la prétention. On ne vous demande pas de prendre un mégaphone et de crier sur tous les toits que vous êtes le meilleur. Le dialogue est intérieur. La personne prétentieuse se sentira obligée de montrer qu’elle sait pour avoir l’approbation de ses paires. Si elle a besoin de cette approbation, c’est qu’elle n’a vraisemblablement pas confiance en ce qu’elle sait. Elle prendra ce que lui renvoie l’extérieur pour nourrir son intérieur. La personne qui a confiance en elle agira sans se soucier d’avoir cette approbation extérieure. Elle sait qu’elle peut le faire, alors elle le fait, sans besoin de l’exposer aux yeux de tous. Elle prendra ce qu’elle a à l’intérieur pour nourrir son extérieur.

Il faut donc travailler quotidiennement cet intérieur pour le transformer en une énergie puissante et la laisser irradier.

Sachons aussi que le fait d’avoir confiance en soi est une qualité qui n’est pas innée. Nous ne naissons pas avec le gène de la confiance en soi, il n’existe pas. Mais nous avons tous la capacité de l’acquérir et de la modeler. Chacun est unique et chacun peut avoir la chance d’irradier de cette énergie, avec ses propres moyens et techniques. Et à tout âge nous pouvons le faire ! Certes, le fait d’avoir grandi dans un environnement gratifiant, d’avoir eu assez tôt de bons modèles peut nous donner un peu d’avance sur la mise en œuvre des techniques à utiliser, mais ne conditionne en rien notre capacité à atteindre son plus haut niveau d’énergie. Nous pourrions même dire que la confiance en soi est comme un muscle. Peut-être que Jacques a grandi en faisant du sport et a développé ses muscles, mais Jean, chérif et timide depuis l’enfance, peut très bien dépasser Jacques en terme de masse musculaire ! Un muscle se travaille et se nourrit pour ne pas perdre de sa masse, quel que soit sa densité de départ.

Alors estimons la densité de notre muscle « confiance en soi » et mettons en place un plan d’action pour lui faire prendre la masse qui nous semble la bonne et qui nous permettra d’accomplir ce que nous souhaitons avec plus d’aisance. L’échelle est là devant nous, il faut avoir un œil de temps en temps sur l’endroit où elle se termine, c’est notre objectif final. Mais n’oublions pas de regarder chaque marche qui nous permettra de la monter, pas à pas. Ces marches, il va falloir leur donner un sens, une utilité. Et à chaque fois que vous aurez un pied sur cette marche grâce à l’impulsion que vous aurez donné par votre travail sur vous-même, l’autre pied viendra vous stabiliser sur cette nouvelle marche parce que vous gardez en tête ce pour quoi vous grimpez.

 

Qu’est-ce qui vous a empêché d’atteindre votre objectif jusqu’à présent ?

Plusieurs facteurs peuvent affecter notre confiance en nous-même. Il en existe une multitude, mais tous sont liés et en voici 3 principaux, à mon sens, sur lesquels nous pourrons déjà travailler.

Nous avons tendance à donner trop dimportance au regard des autres sur nous-mêmes. « Si je fais cela, qu’est-ce que les autres vont penser de moi ? Ils ne vont pas me croire, ils vont en rire… ». Face à l’impact fantasmé de nos actions sur notre entourage, nous allons anticiper la critique, surtout négative et ceci nous bloquera dans nos actions. Nous allons progressivement donner une moindre importance à nos propres idées et opinions, et nous développons donc une peur de la critique de manière disproportionnée. Mais somme-nous dans la tête des autres ? Bien sûr que non. Cette interprétation est donc le plus souvent erronée. Seul votre regard assumé sur votre objectif compte et seules les critiques constructives sont à prendre en compte.

A trop donner d’important aux autres, nous développons un sentiment d’infériorité, celui qui nous dit que nous ne sommes pas capables d’accomplir de grandes choses. Nous avons tendance à mettre les autres sur un piédestal et à nous dire que les autres feront toujours mieux que nous. Ce sentiment-là peut provenir de notre enfance où des différents événements de vie que nous avons traversés, sujet à frustrations (une rupture amoureuse, la perte d’un travail…). Or, chacun a ses qualités et ses défauts et doit composer avec. Nous sommes tous sur un pied d’égalité à ce niveau, il faut simplement déterminer ce qui fait notre force et ce qui nous freine afin de tracer notre route en connaissance de cause.

C’est bien connu, nous nous entourons des personnes qui nous ressemblent. Regardez bien autour de vous, votre cercle d’amis, les collègues avec qui vous vous entendez bien, ils sont là parce qu’elles vous comprennent, vous ressemblent et vous rassurent. C’est la théorie du miroir, cette alchimie particulière et inconsciente qui fait que nous nous retrouvons en eux. Mais tous ne sont pas bénéfiques pour vous. Certaines relations sont là parce qu’elles reflètent quelque chose que vous n’aimez pas. Et donc un tri s’impose et la recherche d’autres (relations, sujets, activités) plus bénéfiques également !

Le regard des autres, le sentiment d’infériorité, un entourage malsain… Tous ces facteurs vous amènent à avoir une piètre opinion de vous-mêmes, à vous dévaloriser et à enchaîner les pensées négatives sur vos propres capacités.

Et si nous vous apportions des clés pour travailler ces 3 facteurs grâce, entre autre, à la PNL? Des clés de travail pour enclencher le processus, gravir les 1ères marches de votre échelle vers votre objectif et combattre ces 3 facteurs de manière progressive et efficace.

Ecole de PNL de Lausanne - Maître Praticien en PNL

6 clés pour une meilleure confiance en soi…

 

Clé n°1: Décidez de vous impliquer pour que ça change et visualisez votre objectif

Vous le voyez, votre manque de confiance vous bloque de manière récurrente pour mener à bien cet objectif qui vous tient tellement à cœur. « Le changement c’est maintenant ». Et si nous appliquions ce slogan ? Sans faire de politique bien sûr. Cela dit, nous sommes le chef de notre propre gouvernement, et notre ministère de l’intérieur a besoin de changer de politique, donc nous ne sommes pas si loin… Profitez de ce changement d’année pour mettre les choses à plat et redéfinissez cet objectif que vous avez de la peine à atteindre. Provoquez donc l’étincelle qui mettra le feu aux poudres ! Ceci peut être l’objectif du mois de janvier : pour quelle raison souhaitez-vous avoir plus confiance en vous ? Quel est votre objectif ? Offrez-vous un joli carnet et un beau crayon avec lesquels vous allez écrire votre intériorisation, votre profonde réflexion… Un journal intime de progression personnelle en somme. Le meilleur outil serait même un dictaphone, afin de retracer votre ressenti au moment où il se passe et de le réécouter le plus souvent possible.

Vous êtes prêt à visualiser votre objectif ? Nous allons utiliser une technique de PNL : la préparation mentale

  1. Dans un premier temps, déterminer votre objectif : imaginez qu’il est atteint complètement, que tout s’est parfaitement déroulé. Un film se déroule alors devant vos yeux, décrivez alors à voix haute (dictaphone en marche) en spectateur tout ce qui s’y passe comme si un scénariste devait le réaliser ensuite. Le lieu où vous êtes, si vous êtes seul ou si des personnes sont avec vous. Que font-elles ? Dans cette situation idéale, que pouvez-vous voir, entendre, ressentir, la chaleur de la pièce si vous êtes à l’intérieur, le temps qu’il fait si vous êtes à l’extérieur, y a-t-il des parfums, des odeurs spéciales ? Et vous, comment vous sentez-vous ? Quels sentiments vous traversent ? Avez-vous envie de rire, êtes-vous ému, êtes-vous en train de parler ? Chaque détail est important.
  2. Ensuite, fermez les yeux et plongez-vous dans cette scène où tout est réussi pour vous, intégrez-la, vous en êtes maintenant l’acteur. D’autres détails pourront vous apparaître, des sentiments peut-être différents de ceux décrits auparavant. Les vêtements des personnes qui sont présentes, la température, le vent… Ressentez chaque détail énoncé plus comme si vous étiez réellement en train de le vivre….
  3. Vous ressentez le sentiment précis que cela provoque chez vous ? Si vous arrivez à le ressentir c’est probablement que vous l’avez en mémoire et donc que vous l’avez déjà expérimenté. Quand avez-vous déjà fortement ressenti cela par le passé ? cet événement vous revient ? Faites un pas en arrière (afin de ne pas mélanger dans l’espace les 2 situations, c’est important pour la visualisation) et fermez les yeux. Revivez intensément cet événement en le décrivant aussi précisément que possible. Comme si à nouveau le scénariste se basait sur vos dires pour le réaliser. Localiser ans votre corps le sentiment que vous retrouvez et que vous éprouvez. Où se trouve-t-il ? est-il en mouvement, a-t-il une couleur ? Lorsqu’il est localisé, laissez-le s’étendre et se diffuser dans chaque partie de votre corps, au plus profond des pores de votre peau. Vous allez ancrer cet état en posant votre main sur votre épaule au moment où le sentiment est le plus fort et où vous en êtes le plus rempli.
  4. Votre main toujours sur votre épaule, vous allez amener cet ancrage dans la situation décrite de votre objectif réalisé. Refaites donc un pas en avant et revivez une nouvelle fois cette scène en réalisant, avec votre ancrage, que vous connaissez déjà cette sensation et que vous aviez donc déjà la ressource nécessaire dans votre intérieur. Décrivez ce que vous ressentez, quelle plus-value votre ancrage a amené avec vous. Redécrivez la scène aussi précisément que possible. Peut-être qu’un mot ou une phrase vous vient pour marquer cette réussite ? Prononcez là et retenez là bien.
  5. En revenant à l’ici et maintenant, demandez-vous ce qui se passera si vous faites à nouveau réellement l’expérience de ce profond sentiment ? Est-ce que ce sera bénéfique pour vous ? est-ce que ce sera aussi bénéfique pour les autres ? En somme, quel impact sur votre environnement votre réussite aura-t-elle ?

Et dire que vous aviez déjà cela en vous depuis des années…..

Clé n°2 : Définissez ce qui vous freine

Après cette expérience, et en rapport avec ce qui a été dit plus haut sur les facteurs affectant la confiance en soi, tentez de déterminer ce qui peut affecter la vôtre. Qu’est-ce qui vous empêche d’expérimenter réellement ce scénario idéal ? Est-ce le « qu’en dira-t-on » qui vous bloque ? Est-ce que vous doutez de vos propres capacités ? Est-ce que vous ne vous sentez pas dans une sphère assez positive pour vous motiver ? Ceci prend du temps, il va falloir vous questionner, de manière positive, sans vous accabler. Demandez-vous simplement « Comment est-ce que je fais pour aussi bien ne pas atteindre cet objectif ? ». Parce que certes vous n’y arrivez pas, mais vous avez mis en place plusieurs stratégies pour ne pas y arriver, cela veut dire que vous savez mettre en place ces stratégies et donc que vous saurez les modifier pour ne plus qu’elles vous desservent. Par exemple, je sais très bien ne pas prendre la parole en public lorsque j’aurais une question. Ma stratégie ? Me taire et attendre qu’une autre personne pose ma question, ou une question qui s’en approche. Si cela ne se passe pas, j’irai chercher par moi-même la réponse ailleurs. C’est un peu plus long mais j’aurais ma réponse. Pourquoi ai-je mis en place cette stratégie ? Parce que ma question est peut être bête et j’ai peur que les autres rient de moi. Je doute de mes propres capacités à comprendre et le regard des autres sur moi me pousse à laisser ma question dans ma tête plutôt qu’à l’exprimer. A quoi me sert ma stratégie ? A ne pas me confronter au potentiel ridicule et rester paisiblement dans ma zone de confort où je suis si bien. Alors comment modifier cette stratégie d’évitement si efficace pour qu’elle se transforme en stratégie d’affrontement, dans le bon sens du terme ?

Clé n°3 : Mettez en place votre plan d’action

En premier lieu, voici une courte parabole qui illustre assez bien le travail au quotidien que vous aurez à faire.

Un vieil indien très sage enseignait à son petit-fils d’importantes leçons de vie. En chacun de nous se déroule une bataille qui ressemble beaucoup à une bataille entre 2 loups. L’un d’eux représente le mal, il est animé par l’envie, la jalousie, les remords, l’égoïsme, le mensonge, la colère, la tristesse, le ressentiment. L’autre loup incarne le bien : il défend la paix, l’amour, l’espérance, la vérité, la bonté, la fidélité, la bienveillance, la générosité, l’humilité.

Emu par les paroles de son grand-père, l’enfant resta songeur quelques instants, puis demanda : « Et des 2 loups, lequel gagne finalement la bataille ? ».

Avec un léger sourire, le grand-père répondit : « Celui qui gagne toujours est celui que tu nourris ».

Cette parabole peut s’appliquer aux 2 loups que vous avez en vous : l’un représente le mal-être provoqué par ce manque de confiance que vous avez actuellement, et l’autre représente vos capacités à retrouver cette confiance. Le changement est décidé, les freins sont identifiés. Vous allez pouvoir passer le reste de votre année à nourrir le bon loup !

Et un loup, ça mange tous les jours ! Pour le renforcer, vous allez devoir faire des actions quotidiennement. Selon une étude menée par une université londonienne, une action doit être répétée pendant environ 66 jours pour devenir une habitude. Bien sûr, tout dépend de l’habitude, certaines seront prises plus rapidement, d’autres mettront plus de temps, c’est donc une moyenne.

Je vous propose donc de nourrir le bon loup par une action quotidienne et répétée que vous prendrez soin de noter dans votre « journal de progression ». Vous pouvez commencer votre journée avec un objectif précis, comme par exemple faire le tour des bureaux et dire bonjour à vos collègues en arrivant, sans attendre que ce soit eux qui viennent le faire (puisque d’habitude vous n’osez pas le faire par peur de déranger). Ou vous pouvez laisser la vie se dérouler et voir ce qu’elle vous propose dans votre journée comme « exercice ». Sentez-vous comme dans une pièce de théâtre où vous avez un bref rôle à jouer. Jouer le rôle de celui que vous aimeriez être l’espace d’un instant. Comment réagirait-il face à cette situation ? Et expérimentez le, dans la peau de ce « maxi-vous » pour quelques minutes. Ce n’est pas vous qui êtes mis en avant, c’est lui, le personnage fictif que vous jouez. Ce sera difficile au début, il vous faudra sortir de votre zone de confort et faire preuve d’un peu de courage, mais quelle sensation immense lorsque vous pourrez vous dire « je l’ai fait ! ». Oui, parce que c’est peut-être le rôle de ce super-héros que vous venez de jouer, mais finalement il est en vous n’est-ce pas ? Jouer son rôle un peu tous les jours vous fera y prendre goût, je vous assure. Vous allez renvoyer l’image de celui que vous avez toujours voulu être, et il est là en fin de compte, et peut prendre toute la place si vous le souhaitez. Non, ce n’est pas de la schizophrénie… C’est votre potentiel qui peut enfin d’exprimer. Et par la force des choses, sur quelques temps, s’il s’exprime quotidiennement, il prendra la place naturelle qu’il devrait avoir. N’oubliez pas de noter ces moments où votre potentiel s’est exprimé dans votre journée !

Clé n°4 : Comment ne plus donner autant d’important au regard des autres ?

Je ne saurais vous conseiller autre chose que de lire un petit livre de poche de 144 pages, un best-seller depuis sa sortie à la fin des années 1990. Il s’agit des « Quatre Accords Toltèques » de Don Miguel Ruiz. Ce livre peut être dévoré en une journée, tellement facile à comprendre et peut vous apporter tellement. Cependant, et même si tous les autres sont utiles, un seul de ces accords peut suffire à répondre à notre question : « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous vivons dans le même monde mais nous avons chacun notre propre réalité et notre propre vision de ce monde. Nous agissons en fonction de nos représentations et chacun de nos actes nous appartiennent. Biaisé par notre égo, nous pensons que toute action extérieure est la conséquence de nos attitudes et ceci nous maintient en souffrance. Mais vous n’êtes pas responsable de ce que les autres font, disent ou pensent. Leurs agissements dépendent seulement de leur vision du monde. Si quelqu’un vous dit que vous avez grossi, c’est sa propre version du mot « gros » qu’il met en lumière et toute la représentation intérieure qu’il s’en fait. Pour lui, cela veut dire quelques kilos en trop, mais cela fait écho en vous avec les mots « obèse, laid, antipathique, anormal… » parce que c’est votre représentation du mot « gros ». Votre esprit l’analyse ainsi et votre égo est blessé, mettant par la même occasion un uppercut à votre estime de vous-même. Votre esprit s’est donc programmé à souffrir pour rien. En prenant du recul et en gardant à l’esprit cet accord, c’est la liberté qui s’offre à vous. Ne plus rien prendre de manière personnelle et considérer que ce que fait ou dit l’autre ne vous appartient pas, c’est déjà sortir de votre propre enfer intérieur. « Vous n’êtes jamais responsable des actions d’autrui ; seulement de vous-mêmes. »

Clé n°5 : Comment travailler sur le sentiment d’infériorité ?hypnose coaching pnl ecole de pnl de lausanne

Déjà avec la clé n°4, ce sentiment d’infériorité peut être amoindri. Maintenant que la flèche des autres ne vous touche plus et ne vous blesse plus, il va falloir guérir de certains programmes que vous a imposés votre esprit. Pour ce faire, il a besoin d’être recadré ! En PNL, le recadrage signifie faire un changement de point de vue, voir les choses sous un autre angle. C’est donc changer de cadre en se déplaçant, en zoomant, et donc en se dissociant d’un comportement jugé inopportun pour l’analyser.  Si vous changez de lunettes sur une situation, elle vous offre d’autres options en donnant un sens différent. L’idée est de trouver une équivalence positive à un comportement que vous jugez négatif. Pour prendre un exemple, lorsque je co-voiture avec mon collègue, je ne fais pas la conversation. Je juge cela négatif dans le sens où je pense que c’est perçu comme un manque de convivialité et de sympathie. Quelle intention positive puis-je en retirer ? Si je ne parle pas, je ne suis donc pas distraite et je suis attentive à ma conduite, au respect des limitations de vitesse etc. C’est un recadrage de sens, où je me demande quelle autre signification pourrait avoir la situation et quelle est l’intention positive de ce comportement. Nous pourrions également en faire un recadrage de contexte, qui consiste à trouver un contexte différent à ce comportement que l’on juge négatif mais dans lequel il serait opportun et voire même valorisé. Je ne fais pas la conversation en voiture ? Si je voyage avec une personne qui a une présentation à faire et qui a besoin de réviser et de se concentrer, il m’en remerciera surement.

Vous allez surement me demander en quoi un recadrage, de sens ou de contexte, peut avoir un impact sur le sentiment d’infériorité que nous éprouvons. C’est pourtant simple : nous sommes emmurés dans la signification négative que nous donnons à nos comportements dans des situations précises, ce qui abime sévèrement notre confiance en nous même, nous tasse et nous font voir les autres comme des êtres supérieurs. Et pourtant ces comportements peuvent se révéler très positifs ! Admettre que ses défauts peuvent s’avérer être des qualités lorsqu’on les considère sous un angle différent peut affaiblir ce complexe d’infériorité et vous redonnez confiance en vos capacités.

Ai-je, ne serait-ce qu’une seconde, considéré le fait que mon collègue ne parlait pas non plus lorsque nous étions en voiture ? Et si, lui aussi, considérait son propre silence comme un non-respect de ma gentillesse à lui faire profiter de mon trajet ? Ressentirait-il aussi le même complexe ? Nous ne sommes peut-être pas si différents…

Clé n°6 : S’entourer de ce qui nous nourrit positivement

Vous connaissez l’adage « mieux vaut être seul que mal accompagné » ? C’est connu, les énergies sont contagieuses et s’entourer de personnes qui nous tirent vers le bas ne nous aidera surement pas à aller plus haut.  Je ne vous dis pas de faire du tri dans vos relations, mais peut être simplement de faire le tri dans les sujets que vous abordez avec eux. Il y a du bon à prendre en chacun et le bon à prendre sera différent d’une personne à l’autre. Votre voisin Fabien est un passionné de mécanique, mais il est en plein divorce. Depuis peu, lorsqu’il vous voit, il vous parle de ses problèmes. Au-delà du fait que vous aimez être une oreille attentive, le voir commence à vous peser car sa négativité vous atteint et vous rentrez chez vous mou et en panne de motivation. Comment faire pour garder Fabien dans vos relations mais sans qu’il ait cet impact négatif sur vous ? Ça tombe bien, vous ne savez pas changer une roue, et pourtant vous vous êtes toujours dit qu’il fallait que vous appreniez mais vous n’avez jamais pris le temps de le faire. Savoir faire cela vous donnerait un atout et donc une meilleure estime de vous-même. Et si vous alliez parler mécanique avec Fabien ? Vous allez enfin apprendre quelque chose qui vous servira et dont vous serez fière d’exécuter le moment venu ! Dans le même temps, cela permettra à Fabien de se sentir utile en parlant de choses qu’il apprécie et de ne pas ruminer ses contrariétés quelques minutes. Je ne vous dis pas de ne plus être attentive à la détresse de Fabien, ni de contacter les gens uniquement lorsque vous en avez besoin. Mais rendre la relation plus instructive en vous nourrissant de ce que l’autre peut vous apporter, par son savoir-faire, ses discutions et ses conseils. Allez chercher chez d’autres ce qu’il vous manque. Entourez-vous de personne que vous considérez comme modèles de confiance en soi sur les points que vous souhaitez travailler. Entourez-vous de personnes qui ressemblent à ce que vous voulez être et ce que vous voulez ressentir. Vous allez vous constituer une sphère de positivité. Vous n’osez pas ? Rapprochez-vous de ceux qui osent ! Vous ne savez pas faire ? Rapprochez-vous de ceux qui savent le faire. Cela peut être par des rencontres, des recherches sur internet, des lectures. Listez ce que vous souhaitez travailler et aller à la rencontre de ceux qui peuvent vous aider. Vous verrez que vous aiderez également ceux qui se rapprocheront de vous. En rayonnant de cette positivité, vous allez encore plus l’attirer !

Eliminer de notre vie ce qui nous tire vers le bas ne passe pas uniquement par notre entourage social, mais aussi par notre environnement de vie. Ce cadre dans le salon que vous ne pouvez justement plus encadrer, et si vous le changiez ? Ce sont des petites choses dans ce genre, qui améliorent votre confort de vie et qui vous font sentir mieux et vous tirent également vers le haut. Tout ce qui est sujet à amener du négatif est bon à être banni, et cela peut aussi passer par le fait d’éteindre votre télévision et ne plus vous laisser submerger par la négativité colportée par les tous les médias. Prenez soin de vous et de votre bon état intérieur comme extérieur vous donnera confiance en vous et vous aidera à vous aimer, tout simplement.

 

Une 7ème clé bonus ?

Les outils proposés dans cet article sont des clés de développement personnel, abordées notamment dans la Programmation Neuro-Linguistique. Pour travailler sur votre confiance en vous, de manière approfondie, quoi de mieux que d’apprendre à en connaitre les rouages et techniques ? Et si vous décidiez d’aller plus loin, de vous offrir votre propre expérimentation de ces outils en vous y formant de manière précise ? La dernière clé que je pourrais vous proposer, c’est de vous faire votre propre vision de ce que peut vous apporter la PNL dans votre quotidien, grâce à un formateur aguerri et au sein d’un groupe dynamique, bienveillant et présent avec vous pour les mêmes choses. Apprendre à VOUS connaitre serait le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire pour cette année 2017. Travailler sur votre intérieur pour mieux rayonner à l’extérieur vous fera prendre la confiance nécessaire, qui est déjà en vous mais qui a été malmenée, pour mener à bien tous ces challenges que vous vous étiez fixés et que vous avez laissé au placard en vous disant que vous ne pouviez pas y arriver.

Votre 7ème clé est de vous autoriser enfin à être vous, en venant suivre 3 journées de formation de bases en PNL et en constatant par vous-même tout le bénéfice que vous pouvez en retirer pour votre avenir.

La formation en question ? C’est ICI, à l’Ecole de PNL de Lausanne !

Belle et grande année 2017 à vous ! 😉

post

La Process Com® : un outil pour se déculpabiliser de ne pas être comme nos parents.

Se déculpabiliser de ne pas être/faire comme nos parents, grâce à la Process Communication.

 

« Mais enfin ! je ne t’ai pas élevé comme ça ! ». Combien de fois nous avons entendu nos parents nous dire ceci… Comme si notre façon d’agir aujourd’hui ne rentrait pas dans le cadre de ce qu’ils ont voulu nous inculquer.

Le souhait de chaque parent est de voir son enfant voler de ses propres ailes et être heureux ainsi, n’est-ce pas ? Alors pourquoi viennent-ils mettre leur grain de sel dans notre vie en essayant de la recadrer selon LEUR façon de procéder, dès que quelque chose ne correspond pas à ce qu’ils attendent de nous « leur enfant » ?

19226182 - mother and daughter measure their forcesComme beaucoup de mes amis, je me confronte souvent aux reproches de ma mère. Non, je ne fleuris pas la tombe de Papy à la Toussaint, je n’envoie pas mes vœux à Tante Colette en janvier, je n’arrive jamais à l’heure au repas du dimanche, je préfère être seule que d’aller pleurer dans ses bras… Et pourtant, je reconnais que sa bienveillance à mon égard me touche. Je me dis que je devrais peut-être l’écouter, faire comme elle, elle serait rassurée… Ses reproches certaines fois m’atteignent. Bref, ce n’était surement pas son intention, mais voilà, ça y est, je culpabilise…

Bien sûr, je n’oublie pas pour autant ce qu’elle m’a appris, mais j’y ai ajouté ce que MA vie m’a appris également au fil des années, je me suis forgée, et a priori ce n’est pas à son goût. J’ai du mal à comprendre son point de vue, son fonctionnement, elle a du mal à comprendre le mien. 

Alors est-ce un conflit de génération ? Une évolution de mentalité du à notre société actuelle?

Ne serait-ce donc pas plutôt simplement une différence de personnalités ?

Déterminer nos personnalités…

Je ne suis pas ma mère, elle n’est pas moi, nous réagissons différemment en suivant nos propres chemins de vie. Comment le lui faire comprendre, nous apaiser, accepter et surtout mieux communiquer avec elle ?

C’est là tout l’enjeu du Process Communication Model.

Certes, encore un nom barbare américain pour une énième façon révolutionnaire d’appréhender la communication entre nous et nos semblables ! Mais pour l’avoir expérimenté, je peux dire qu’on tient là, grâce à Taïbi Kahler, un véritable outil d’apaisement de nos différents familiaux, entre autre.

Qu’est-ce que la Process Communication ?

pnl-lausanne-parler-public-300pxCet outil distingue 6 personnalités bien différentes. Il s’agit de déterminer la part que nous avons en nous de chacune des 6 personnalités définies, grâce à quelques questions et le rendu d’un profil propre à chacun. Ce profil se matérialise sous forme d’un immeuble à 6 étages. Au rez-de-chaussée, nous trouvons notre personnalité de « base », celle par laquelle nous nous sommes construits dans l’enfance, celle par laquelle nous réagissons au quotidien, celle dans laquelle nous somme le plus confortable. C’est notre base, elle ne changera jamais. Puis, du 2ème au 6ème étage, nous trouvons les 5 autres personnalités, plus ou moins « confortable » avec un curseur de 0 à 100 à chaque étage. Le curseur de notre base est forcément à 100. D’autres étages peuvent l’être également, nous le verrons plus tard.

La première bonne nouvelle c’est que nous sommes tous fait de ces 6 personnalités, même si elles s’empilent dans nos étages de manière différente. Nous avons donc tous la capacité de nous comprendre. Il n’y a pas de bon ou de mauvais immeuble et donc aucun jugement de valeur à avoir sur sa construction. Tous les immeubles sont différents mais chacun est tout à fait « habitable » !

La seconde bonne nouvelle est que notre immeuble est pourvu d’un ascenseur. C’est-à-dire que nous pouvons à notre gré monter dans nos étages pour nous adapter à la personne avec laquelle nous communiquons si elle n’a pas la même base que nous.

Chaque personnalité a des besoins psychologiques à satisfaire pour rester serein dans son immeuble, un canal de communication privilégié, ses propres perceptions mais aussi une façon bien à elle de gérer le stress lorsque les besoins psychologiques ne sont pas satisfaits.

Chaque personnalité a sa couleur associée et voici à quoi cela peut ressembler :

exemple d'immeuble Process Communication

Quelles sont ces 6 personnalités ?

La personnalité « Empathique » : Cette personne perçoit son monde par les émotions. Elle est d’abord dans le ressenti, c’est une personne compatissante, sensible et chaleureuse. Elle peut attacher beaucoup d’importance à l’apparence. Elle est capable de donner énormément aux autres et est douée dans la médiation et fera tout pour que les relations soient harmonieuses. Elle évoluera au milieu de plantes, de photos, de belles musiques et de couleurs douces. Son besoin psychologique : être appréciée des autres, qu’on la reconnaisse pour sa personne. Une Empathique célèbre ? Belle de « La Belle et la Bête »

La personnalité « Rebelle » : Cette personne sera dans la réaction, elle réagira en disant « j’aime » ou « j’aime pas ». C’est quelqu’un de très spontané, de créatif, de ludique, dotée de beaucoup d’humour et on la reconnaitra à son regard pétillant. Assez fixée dans l’instant présent, elle est une adepte du Carpe Diem. Elle aimera se démarquer, être originale, par ses agissements ou ses pensées. Son monde sera peuplé de gadgets, de jeux, de musique ou d’éclairages originaux. Son besoin psychologique : des contacts ludiques, variés, énergiques et spontanés (voir ses amis, jouer aux jeux vidéos…). Un Rebel célèbre ? Coluche

La personnalité « Rêveur » : Cette personne sera dans l’in-action. Non dans le sens paresse bien sûr, mais on parle ici d’action intérieure, d’intériorisation de l’action. C’est quelqu’un d’imaginatif, de réfléchi et de calme. Il devra canaliser sa réflexion avant de passer à l’action et y mettra le temps. Son univers sera simple, dépouillé, assez rustique et il n’a de toute façon pas d’importance. Son besoin psychologique sera de s’aménager du temps et de l’espace pour lui-même et de se retrouver seul. Un rêveur célèbre ? Albert Einstein

La personnalité « Persévérant » : Cette personne passera d’abord par le jugement de ce qui l’entoure en fonction de ses opinions. Elle sera dévouée, observatrice et consciencieuse. Son mobilier sera traditionnel, elle apprécie les antiquités et évolue dans un environnement fonctionnel. Son besoin psychologique sera d’être reconnu pour son engagement dans son travail mais aussi pour ses opinions qu’elle exprime librement et qu’elle veut qu’on respecte. Une Persévérante célèbre ? Mère Teresa

La personnalité « Travaillomane » : Cette personne est d’abord dans la pensée, dans l’identification et dans la catégorisation. Elle cherche à structurer et analyser les faits. Elle sera logique, responsable et très organisée. Ponctuelle, elle a besoin de délais précis, de planification, et sera motivée par les félicitations et les récompenses. Son environnement est structuré par le fameux « chaque chose à sa place », tout sera fonctionnel et organisé avec une décoration contemporaine. Son besoin psychologique sera d’être reconnu pour la qualité de son travail et sa structuration du temps. Un Travaillomane célèbre ? Tintin

La personnalité « Promoteur » : Cette personne est dans l’action proprement dite, elle perçoit tout de suite ce qu’elle doit faire, motivée et motivante. Adaptable et charmeuse, c’est une personne pleine de ressources, ferme et directe. Elle a le goût du risque, vise des résultats à court terme. En bref, c’est quelqu’un de fonceur, adepte des challenges. Par conséquent, son environnement sera clinquant, affichant des trophées, des choses « qui en jettent » et les dernières nouveautés. Son besoin psychologique sera d’être nourrit en excitation, par des sensations fortes et des résultats rapides, la compétition, la vitesse. Un Promoteur célèbre ? Donald Trump

Découvrir l'Hypnose - Premiers pasComprenez votre propre personnalité… 

Maintenant que vous avez pris connaissance de ces descriptions assez générales des 6 personnalités, peut être voyez-vous déjà dans laquelle se situerait votre base ? Peut-être même que vous hésitez ? Vous vous sentez proche du Travaillomane, mais vous reconnaissez la personnalité Rebelle en vous à l’époque de l’université ? Je vous rassure, vous n’êtes ni multi-personnalité, ni schizophrène. Ces personnalités sont peut être proches de votre base, au niveau des étages de votre immeuble, et il se peut que vous les ayez déjà expérimenté. C’est la notion de « phase ».

Je m’explique : La vie peut amener à « phaser », c’est-à-dire à présenter les caractéristiques et les besoins psychologiques d’un autre type de personnalité que notre base. C’est le cas sur l’image présentée plus haut, où la phase est située en personnalité « Rêveur ».

Notre phase peut être la même que notre base toute notre vie. Encore une fois, cela dépend de l’histoire de chacun et il n’y a aucun jugement de valeur à en déduire.

Si nous nous sentons durablement et intensément stressé et que nous avons résolu ce stress, alors il est possible que nous phasions. Nous allons alors présenter les caractéristiques et besoins de la personnalité située à l’étage supérieur et ce sur une durée minimum de 2 ans pour être considérée comme telle.

Si la vie ne nous épargne pas, nous pouvons même phaser plusieurs fois ! Dans ce cas, les étages précédents seront ce qu’on appelle des « phases vécues » et leur curseur seront à 100%, comme l’est notre base, possibilité que j’ai évoquée plus haut. Nous n’aurons donc aucun problème à communiquer avec des personnes qui présentent cette personnalité en tant que base. C’est le cas sur l’image présentée où le premier étage « Rebelle » est une phase vécue. Ce profil montre une personne ayant phasé deux fois, la première de l’Empathique au Rebel et la seconde du Rebel au Rêveur. Il faut noter que nous ne pouvons pas phaser directement au 5ème ou au 6ème étage par exemple. Nous phasons dans l’ordre de nos étages. Par conséquent, suivant l’immeuble présenté plus haut, le prochain changement de phase, s’il a lieu un jour, se fera obligatoirement en personnalité Persévérant.

pnl-lausanne-strategie-300px Déterminez les personnalités de vos parents…

Il se peut également, à la lecture des descriptions des 6 personnalités, que vous ayez justement reconnu vos parents, ceux qui, comme pour mon cas, cherche à venir empiéter sur les plates-bandes de votre vie avec leurs petits cailloux. Peut-être est-ce encore un peu flou…. Vous voyez bien papa en Promoteur, mais pour maman, vous hésitez entre Travaillomane et Persévérant…

Je vais vous donner une astuce. Pour mieux communiquer avec elle, vous aimeriez déterminer la personnalité de base d’une personne, et ainsi savoir comment interagir avec elle et combler au mieux son besoin psychologique ? Il faut observer ses réactions sous stress, réactions que nous avons tous lorsque nos besoins psychologiques ne sont pas satisfaits. Sous stress, nous descendons en sous-sol de notre immeuble, nous ne pouvons plus prendre l’ascenseur et nous ne pouvons donc plus visiter nos étages et nous adapter correctement. Voici les réactions sous stress de chaque personnalité :

L’Empathique, dans son but de faire plaisir à tout prix, n’osera pas dire non, ne voulant pas déranger et manquera de fermeté. Elle commettra des erreurs, va douter d’elle et peut même aller jusqu’à se sentir complètement rejeté.

Le Rebel, dans son leitmotiv de toujours vouloir faire des efforts, va se disperser et sera confus dans ses mots, il râlera sur tout le monde et rejettera la responsabilité de ses actes sur l’extérieur. Il refusera l’aide et s’opposera à tout.

Le Rêveur, dans sa volonté d’être fort pour les autres, se laissera penser que l’extérieur est responsable, parlera peu attendra passivement et ne termina peut-être pas son projet. Il se retirera peu à peu jusqu’à ne plus répondre, ne plus être disponible.

Le Persévérant, pensant qu’il n’a de la valeur que s’il est parfait pour les autres, va se focaliser sur ce qui dysfonctionne et posera des questions très compliquées. Dans un stress plus poussé, le Persévérant partira en croisade pour ses opinions qu’il défendra avec ferveur en essayent de les imposer. Il deviendra alors moralisateur et attaquant.

Le Travaillomane, qui doit être parfait mais pour lui-même, montrera son stress en se perdant dans des détails et attaquera verbalement les autres. Ultra-perfectionniste, sa frustration s’exprimera dans le sur contrôle où il critiquera facilement les autres. C’est une personne qui ne délèguera pas ses tâches et pourra être, à terme, dans le rejet total de l’autre car « il n’y a que lui qui sait faire ».

Le Promoteur, dans sa volonté d’être fort pour lui-même, deviendra très impatient, sera dans le « chacun pour soi », ne donnant aucun soutien aux autres. Il va générer des conflits, devenir manipulateur et méprisant et enfreindra les règles. Il ira même jusqu’à devenir impulsif, partira avec fracas et abandonnera tout le monde derrière lui.

image de stress

Avec ces précisions qui mettent en avant ce que peuvent révéler les bases des personnes qui vous entourent, vous avez déjà surement quelques clés pour mieux cerner vos proches et ainsi déterminer leurs besoins et adapter au mieux votre communication avec eux, tout en satisfaisant vos propres besoins psychologiques.

Un champ vaste d’application…

Il faut noter que la Process Communication croisent également plusieurs notions et notamment dans son application au travail et au management. Nous aurons ainsi d’autres clés pour éviter la mécommunication, comme le fait d’utiliser les canaux de communication privilégiés (interruptif, directif, nourricier…) liés à chaque personnalité. Rappelez-vous qu’il n’y a communication que lorsque l’offre et l’acceptation de l’offre se fait sur le même canal.

Nous pouvons également voir avec cet outil quel style d’interaction nous pouvons utiliser (démocratique, autocratique, laisser-faire…) pour permettre à chaque personne d’exprimer au mieux son potentiel. Vous pourrez aussi déterminer l’environnement préféré de votre interlocuteur, s’il sera plus à l’aise dans un travail d’équipe, ou au contraire sera plus productif dans l’autonomie. En bref, la Process Communcation offre une multitude d’éléments pour gérer au mieux ses relations et nouer un dialogue adapté et adaptable pour que l’interaction se passe au mieux et que tout le monde soit satisfait !

pnl-lausanne-formations-300px Pour aller plus loin…

Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de ce modèle et découvrir tous ses secrets, vous pouvez vous procurer le livre de Christian Becquereau et Sylvie Nélaton, intitulé « La Process Com® : découvrez quel est votre profil et nouer de bonnes relations avec votre entourage ». D’autres ouvrages sont disponibles, pour une application professionnelle ou pour une application personnelle.

Mieux ! Vous pouvez prendre contact avec l’Ecole de PNL de Lausanne et vous former à la Process Com sur 3 journées, avec votre profil personnel qui sera établi au préalable. Vous trouverez toutes les informations sur la page dédiée : Formation Process Communication

Alors vous n’avez plus aucune excuse. Grace à ce modèle, vous pouvez vous libérer de la culpabilité que vous ressentez envers les relations que vous établissez avec vos aînés. Vous pourrez comprendre vos parents, pourquoi mettent-ils leur grain de sel, qu’attendent-ils, quels sont leurs besoins à satisfaire en le faisant, etc. Et pourquoi ressentez-vous cette culpabilité, quels sont vos besoins à vous qu’ils ne satisfont pas. Vous serez apte à leur dire que non, vous ne fonctionnez pas comme eux, mais sans les froisser, en utilisant les bons mots pour les rassurer et enfin assumer la personne que vous avez choisi d’être et que la vie vous a forgé dans cet immeuble solide et personnel qu’est le vôtre.

complicité mère fille process com

 

post

Les Bases de la PNL 2016

Réservez les dates qui vous conviennent au bas de cette page

Objectifs

  • Mettre à jour et clarifier vos objectifs, découvrir vos aspirations profondes, éviter les situations difficiles, etc.
  • Gérer vos états émotionnels ressources, confiance en soi, motivation, bien-être,…
  • Communiquer de façon constructive et positive.
  • Améliorer votre environnement personnel, familial et/ou professionnel.
  • Pratiquer et utiliser des techniques d’accompagnement individuel et de coaching

Programme

  • Le cadre général de la PNL : l’origine de la PNL, sa philosophie, et ses nouveaux développements dans le coaching personnel.
  • La méthodologie des objectifs : formuler clairement un objectif et réunir les éléments qui permettront de mieux les concrétiser.
  • La conduite des états internes : accéder volontairement à un état ressource, gérer le stress, modifier des réactions émotionnelles inadéquates, retrouver de nouvelles ressources favorables pour améliorer la vie au quotidien.
  • La communication verbale et non verbale : développer un système relationnel riche, établir ou rétablir une relation positive.
  • Les techniques d’accompagnement individuel et d’entretien : savoir comment écouter son interlocuteur, lui poser de bonnes questions, l’accompagner de façon efficace et constructive vers son propre développement.
  • La direction de vie : vous pencher sur l’avenir de votre vie, lui donner plus de sens, développer celle-ci en cohérence avec vos aspirations personnelles.

Détails et Avantages exclusifs >>


Nombre de jours : 3 | Horaires : 9h00 à 18h00 | Lieu : Centre de formation de la RAMA – Cugy (Lausanne)
Formateur : Valéry Comte | Certification : Ecole de PNL de Lausanne | Prérequis : Aucun