+41 (0)21 552 08 00 info@pnl-lausanne.ch

Avoir confiance en soi, comment faire?

Comment avoir confiance en soi ? Voilà bien une question puissamment douloureuse pour celle ou celui qui justement n’en a pas. Dans cet article, nous vous expliquons ce qu’est la confiance, comment l’améliorer pour soi et quels effets positifs cela aura sur votre vie en général. Nous terminerons avec quelques conseils de lecture pour aller plus loin.

Un peu d’étymolgie …

D’abord, un peu d’étymologie, histoire de bien savoir de quoi on part. Maître Capello, vous avez la parole !
“Confiance” n’a pas de lien avec le terme de “confinement”, même si ça commence par les mêmes lettres… Au contraire, cela serait plutôt le mouvement inverse… On s’ouvre vers l’extérieur.

Il s’agit bien du préfixe con- (rien à avoir non plus avec quelqu’un que vous n’aimez pas), qui signifie « avec » et une racine identique à “fier”, “fiable”, “fiabilité”.
Donc, la confiance, c’est le fait de se fier à, se mettre en alliance (ou en « fiançailles », c’est la même racine toujours) avec quelqu’un.

Ainsi, la confiance en soi, c’est l’idée que nous nous faisons de notre capacité à affronter une situation donnée.

A l’epnll, dans nos cursus en PNL, nous travaillons cet état, notamment dans les protocoles sur les valeurs ou même dans la futurisation. Ce qu’il en ressort, c’est que tout le monde à un moment donné a pu éprouver un manque de confiance en soi, notamment en sortant de sa zone de confort. Nous avons donc écumé livres et articles et vous proposons quelques éléments qui vous permettront de développer votre confiance.

image : epnll-école-de-pnl-de-lausanne-cours-en-ligne-retrouver-estime-de-soi-confiance-en-soi

La confiance en soi n’est pas quelque chose d’inné, c’est un état qui s’acquiert avec le temps, l’expérience et certainement une bonne dose de risque. On peut se dire qu’au fond, ce sont les épreuves de la vie, parfois négatives, qui nous donnent la possibilité de construire notre confiance. Sans une obligation de réagir, de se bouger et de se (re)construire, pas besoin de confiance en soi.

Donc, on peut déjà dire merci à l’univers de nous mettre des bâtons dans les roues pour nous obliger à nous faire confiance.

Sur le site ithaquecoaching.com, Martine Teillac, psychanalyste, nous livre des éléments de compréhension du phénomène. Il ne faut pas oublier que les clés de la confiance en soi résident surtout dans une bonne compréhension de ses limites qu’il faut voir non comme des éléments figés, mais bien des progrès à faire.

« Un déficit, même mineur, de confiance en soi peut transformer certaines actions à mener en épreuves dévoreuses d’énergie : parler de soi en entretien d’embauche, convaincre un partenaire potentiel, prendre son téléphone, construire ou interagir avec son réseau etc… » – Catherine Teillac

Il est donc inutile d’essayer de apaiser une personne qui a peur avant un entretien d’embauche en lui disant : « ça ira, n’aie pas peur, calme-toi ». On sait tous comme c’est pénible et inutile!

En gros, lorsqu’on sent que ça bloque, qu’on ne peut y arriver, c’est là qu’on manque de confiance et c’est là qu’il faut travailler. Et dans ce sens, on peut donc supprimer l’idée que le manque de confiance en soi est synonyme de timidité. Non, il peut y avoir un manque ailleurs que dans le côté purement social. On peut manquer d’assurance dans le fait de gérer ses émotions, dans le fait d’aller de l’avant dans une situation imprévue et prendre une grande décision de vie. Est-ce être timide que de ne pas se sentir capable de sauter à l’élastique ?

C’est pourquoi, la confiance en soi se construit petit à petit dans la vie. Cela peut se faire naturellement, mais on peut aussi se donner un coup de pouce. Les chapitres suivants ont été rédigés pour vous permettre de créer votre méthode de construction de confiance en soi, en tenant compte de votre situation, de votre caractère et de l’urgence de développer votre confiance face à une échéance prochaine.

1. Le discours intérieur et une pensée positive

Nous sommes les spécialistes pour remarquer ce que nous faisons de travers. Pourquoi ne pas utiliser la même énergie pour valoriser ce que nous avons fait juste. Une sorte de jugement de valeur positif. « Je n’ai pas réussi cela, ok ! Mais jusqu’où j’ai réussi à aller et de quoi ai-je besoin pour aller plus loin ? » Ce questionnement ouvre déjà des portes impressionnantes ! Arrêtons d’exacerber nos défauts et d’oublier nos qualités. Le fait de valoriser l’existant est un moyen pour augmenter notre confiance en soi, car nous dressons un inventaire clair et précis de ce que nous possédons. Nous faisons donc inconsciemment le travail de reconnaître notre fiabilité sur plusieurs points. Par exemple, je ne réussis pas à rendre un travail à mon patron dans les temps que je me suis fixés. Je peux très bien me dire « Mais quel nul ! Même en fixant tes échéances, tu es pas capable d’y arriver ! » Je peux tout aussi bien me dire : « Bon, tu es arrivé jusque-là, c’est bien. Pour la prochaine fois, que t’a-t-il manqué pour y arriver ? Comment juste changer quelques éléments pour y arriver ? » La valorisation et le questionnement pour faire mieux, voilà deux clés très utiles pour avancer et gagner en confiance, parce qu’au fond vous savez faire bien, et vous pouvez faire mieux.

2. La réussite personnelle, c’est vous qui la définissez ! 

L’autre meilleur ennemi de la confiance en soi, c’est notre standard de réussite. Si nous nous comparons continuellement à la réussite des autres, il y a de très fortes chances que l’on n’y arrive jamais. Pourquoi ? Parce qu’on peut imiter le parcours des autres, mais nous n’aurons jamais les mêmes conditions, les mêmes possibilités et les mêmes alliés pour y arriver. Et cela deviendra très frustrant, car on n’arrivera jamais à faire comme les autres. Prenons l’incroyable histoire de Steve Jobs, qui a débuté avec son entreprise dans son garage avec deux potes en créant son premier ordinateur. Apple c’est Steve Jobs et ça ne sera jamais personne d’autre. Même en utilisant un autre fruit. On peut essayer de reproduire les mêmes conditions, mais jamais personne ne pourra égaler son parcours. Idem si on prend le parcours de quelqu’un qui n’a pas réussi son projet. Ce n’est pas parce que cette personne n’a pas réussi qu’on n’y arrivera pas non plus. Moralité : se comparer est à éviter. Cela crée des croyances limitantes, tout comme celles que nos chers parents nous ont probablement inculquées – même involontairement – durant notre enfance ! Il est temps de créer nos standards de réussite à nous ! 

3. S’autoévaluer 

La conséquence des deux éléments précédents est de conscientiser notre réussite. Une fois nos standards personnels fixés, une fois notre moral gonflé à bloc, essayons d’y aller… Par un passage à l’acte d’un coup sec (sauter en parachute) ou par la politique des petits pas (une petite victoire après l’autre), selon notre caractère.
Une fois l’expérience faite, le recours à l’autoévaluation est intéressant. Notez vous de 0 à 10. 0 étant un état sans aucune confiance de ce que vous avez fait, 10 étant une totale confiance, presqu’aveugle. Il y a fort à parier que vous ne serez jamais à 0. Et il y a fort à parier que vous ne serez jamais non plus à 10. Des éléments inconnus viennent toujours vous rappeler que tout ne se passe jamais comme prévu dans les moindres détails. Et c’est aussi en remarquant votre aptitude à gérer ces détails impromptus que vous pourrez vous dire : « Ben t’as bien géré sur ce coup-là » et gagner en confiance.

En conclusion…

La confiance en soi n’est pas une grande énigme impossible à résoudre. C’est bien un cheminement qui passe par des étapes d’autonomisation, d’essais et d’erreurs et d’évaluation personnelle. Acquérir ou augmenter la confiance en soi, c’est donc une façon de s’affirmer en toute indépendance des autres tout en se rappelant que face à l’inconnu, PERSONNE n’est à l’aise et que l’on est forcément plus fragile et donc en proie à remettre en question notre confiance, même Steve Jobs… C’est humain, c’est normal et surtout ça se travaille sans avoir besoin de la peur ou du regret de ne pas y être – encore – arrivé.

Et après? 

Pour aller plus loin, d’autres sources vous permettront de créer votre propre méthode pour augmenter votre confiance :

Les témoignages

#linkedin