fbpx

Reconnaître ses besoins et s’affirmer sans fondre en larmes ni devenir agressif.

Episode 1 : Quand ma colère m’apprend à devenir une meilleure personne

Image : gérer ses émotionsecole de pnl de lausanne - epnll - Valéry comte productionCela fait plusieurs minutes que la tension monte. Sous le coup de l’adrénaline, le cœur bat de plus en plus vite, les muscles se raidissent, votre bouillonnement intérieur ne demande qu’à exploser. Le cerveau limbique prend le dessus, et vous éclatez de colère. Ton agressif, paroles blessantes, comportements regrettés par la suite : vous lisez l’incompréhension dans les yeux de vos proches, et l’opportunité de leur communiquer l’origine de votre frustration s’est envolée avec l’électrochoc qu’a provoqué votre réaction. Vous avez pourtant besoin qu’on vous comprenne. Comment sortir de cette escalade destructrice ?

« Toute émotion désagréable est un message envoyé par le cerveau limbique pour indiquer que quelque-chose ne se passe pas bien pour soi » explique Valéry Comte, Conférencier, Coach, Formateur, Fondateur de l’epnll et Spécialiste en gestion des émotions. La colère surgit lorsqu’une règle n’est pas respectée : un rendez-vous arrive avec vingt minutes de retard alors que votre planning est serré ; le train était trop bondé pour que vous puissiez vous asseoir ; ou encore, vous avez reçu des reproches de la part de votre hiérarchie pour une erreur commise par vos collègues. « On a tendance à considérer la colère comme une émotion négative, ajoute Valéry. Elle est peut-être désagréable, mais c’est une excellente boussole pour comprendre ses propres limites et besoins. »

Vaut mieux prévenir que guérir

Si les cris et les insultes n’aideront pas à se faire respecter, les réactions physiologiques se manifestant avant que vous n’explosiez sont d’excellentes alliées. La colère est la finalité d’un mécanisme interne qui se met en place très tôt ; il est donc possible de l’anticiper. « Le cerveau limbique, centre des émotions, envoie régulièrement des messages à travers le corps, comme une jambe qui se met à trembler, la gorge qui se serre, une transpiration soudaine ou une excitation intérieure » précise Valéry. Il est important d’en prendre conscience, puis de comprendre l’origine de cette sensation – si elle est ignorée, elle augmentera en intensité jusqu’à obtenir votre attention, parfois au prix de votre sang-froid. Ennui, impatience, frustration, fatigue ? Être à l’écoute des signaux du corps et nommer le message transmis vous permettra ensuite de poser un acte pour mettre fin à l’origine de votre inconfort, bien avant que l’ultime goutte ne fasse déborder le vase.

Si vous ne savez pas quelle mesure mettre en place, prenez le temps d’examiner ce qui se passe à l’intérieur de vous. De quoi avez-vous besoin ? Aller faire un tour pour vous aérer l’esprit, changer le sujet pour diminuer la tension, ou vous réintégrer à une conversation que vous n’écoutiez plus : plusieurs actions vous permettent de dissiper la gêne exprimée par votre corps. Il est aussi possible que la situation inconfortable ne soit pas sous votre contrôle – vous ne pouvez pas modifier le nombre de sièges disponibles dans votre train – auquel cas le travail consistera à faire le deuil de votre désir, celui de pouvoir s’asseoir pendant ton trajet.

Image Alerte du corp - ecole de pnl de lausanne - epnll -valerycomtePorter attention aux signaux de son corps représente un défi de taille pour de nombreuses raisons. Au-delà des expériences de vie de chacun, l’éducation et la culture suisse valorisent l’attention portée vers autrui au détriment de ses propres besoins, alimentant la croyance selon laquelle il faudrait s’adapter à son entourage pour être aimé. Un état d’esprit qui mérite d’être questionné : « on ne peut pas se reconnaître en quelqu’un qui ne s’affirme pas » explique Valéry. En privant son entourage d’informations à son sujet, la personne qui ne s’exprime pas diminue ses chances d’être appréciée dans sa vraie nature. Celle qui s’accepte et se respecte aura le double bénéfice de provoquer le rejet des tempéraments qui ne lui conviennent pas, et d’attirer les personnes qui lui ressemblent

Au cœur de la communication

Dans le cas où votre frustration provient du comportement d’une autre personne, il est important d’examiner vos attentes envers elle. De toute évidence, il y a un décalage entre votre représentation de la relation et la réalité. C’est donc l’occasion de réadapter l’image que vous vous faites de votre connexion avec cette personne : peut-être avez-vous mal interprété vos interactions. Néanmoins, si vous considérez que la personne peut faire preuve d’écoute et de compréhension, le défi consistera à communiquer de manière efficace.

S’exprimer avec bienveillance est un prérequis nécessaire pour interagir de manière constructive. Mais ce n’est pas tout : il sera beaucoup plus utile d’indiquer ce que vous aimeriez que la personne fasse, plutôt que ce que vous ne voulez pas. Cela lui permet de comprendre vos besoins et de vous communiquer clairement si elle peut les satisfaire. La communication non violente consiste aussi à mentionner le comportement qui vous pose problème de manière précise et sans jugement. Valéry ajoute que « pour pouvoir entendre, on a besoin d’avoir été entendu ». Lorsque votre ne message ne passe pas, il se peut que vous ayez manqué un élément du conflit qui est important pour l’autre.

Pendant l’ouragan

Que faire, alors, lorsque vous êtes sur le point d’éclater de colère ? Certaines personnes retrouveront leur esprit en allant marcher, d’autres en se concentrant sur leur respiration ou en faisant de la méditation ; dans tous les cas, il est recommandé de s’isoler. La méthode TIPI propose d’identifier la partie du corps où l’émotion se fait ressentir, pour accentuer la sensation physique qu’elle provoque pendant plusieurs minutes. Orienter son attention vers l’origine de l’inconfort permet de s’apaiser. Enfin, dans son ouvrage Émotions, Osho propose d’exprimer sa colère envers un oreiller : on peut l’insulter, le frapper, défouler toute son énergie sur lui sans en subir de conséquences. Quelle que soit la méthode qui vous convient le mieux, il vous sera plus facile d’identifier vous besoins et de les communiquer une fois que le calme sera retrouvé.

Article écrit par : Marion Marchetti

Aller plus loin

Afin d’en connaître d’avantage sur la gestion émotionnelle, l’epnll a développé une formation en ligne, à suivre de chez soi. Répartis sur 11 jours, les 8 modules de formation vous permettront de renforcer votre estime personnelle, d’apprendre à faire de bons choix dans la vie, apprivoiser et agir avec de nouveaux comportements et créer, enfin des relations de qualité. En d’autres termes, vous apprendrez à devenir vous-mêmes, vous comprendre et vous respecter.

  • Émotions d’Osho : ce livre explore la colère, la peur et la jalouse et donne des pistes pour les gérer.
  • L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman : un merveilleux guide permettant de développer la maîtrise de soi et l’aisance sociale
  • La Communication NonViolente de Marshall Rosenberg : cet ouvrage offre les clefs pour exprimer ses besoins de manière claire et bienveillante.